osezlasf.net !

Si ce n’est pas déjà fait, je vous encourage visiter osezlasf.net, qui est écrit à quatre mains avec Cyril.

Ce site est né de trois envies, et d’un échange d’emails :

  • Envie de parler SF.
  • Envie de parler écriture (d’histoires).

Et la troisième envie ?

  • Envie d’en parler sans se prendre la tête.

Causer SF ? Nous partagerons nos coups de coeur, des liens sympas, nos sources de fictions. On causera de science et de SF — mais pas que.

Causer écriture ? Nous partagerons des conseils, astuces, problèmes. Nous partagerons aussi nos erreurs et nos trouvailles. Avec l’espoir pas secret du tout d’enfin nous mettre à écrire des histoires; comme nous rêvons de le faire et — si cela vous tente — de vous inviter à vous y mettre avec nous.

Sans se prendre la tête ? Nous ne promettons rien — sûrement pas de vous donner la recette miracle pour réussir à écrire une histoire — sauf ceci : c’est fait sans aucune prétention. Nous ne sommes pas des auteurs de fictions professionnels. En ce qui me concerne, après avoir écrit des dizaines de manuels informatiques et lancé deux magazines technologiques, je ne suis toujours pas foutu d’écrire une histoire du début à la fin. Et ça me rend fou.

Ceci donc : nos conseils seront ceux de deux gars qui se posent des questions et qui espèrent y voir plus clair en les étalant en public pour en discuter.

Un échange d’emails

Cela faisait plusieurs mois que l’idée de faire quelque chose autour de la SF et de l’écriture me trottait dans la tête, sans que j’y réfléchisse plus que ça : trop occupé à me demander pourquoi je ne peux terminer d’écrire aucune histoire. Quand, un soir il y a un mois de ça à peu près, j’ai reçu un email de Cyril dans lequel il me disait son envie de causer SF sur un site, et m’invitait à le rejoindre. Un coup de fil plus tard, il était plus qu’évident que nous avions la même envie — si pas forcément la même façon de faire.

Et c’est peut-être cette différence dans nos façons de faire qui m’a le plus séduit. Plutôt que de publier chacun chez nous, même en échangeant des liens, publier ensemble un blog pourrait bien provoquer d’intéressantes frictions — c’est du frottement de deux silex qu’est né le feu — et j’acceptai son invitation.

Le temps de trouver un nom de domaine, un hébergeur et de préparer quelques billets, et nous y voilà.

Pensez à parler du site autour de vous, et sur les réseaux. Et n’oubliez pas que si les commentaires sont ouverts et si olsf.net a un compte Twitter, @OLSF, ce n’est pas pour décorer 😉

3 comments » Write a comment

  1. Très bonne initiative ! Moi qui n’y connaît pas grand chose, pour ainsi dire rien. Qu’attendais-tu pour nous en parler bon sang 😉 Simple question, est-ce que cela signifie la désertion des articles de SF sur ton blog ? Je ne connais pas grand monde, mais j’en parlerai volontiers lorsque l’occasion s’y prêtera. Un podcast pour faire connaître le site pourrait être sympa si l’envie vous prend par la main 😉

  2. Commentaire à : https://davidbosman.fr/blog/2013/10/31/osezlasf-net/#comments

    J’ai déjà découvert votre site en suivant quelques liens que tu as disséminé sur Twitter et en commentaire ici même. J’ai lu ton article sur la structuration d’un plan/histoire avant de remarquer qu’il était signé “David Bosman” (ça expliquait cette barre d’accès rapide de Word reconnaissable entre mille ! 😉

    Vous vous jetez à l’eau en matière d’usage d’apps : au lieu d’écrire pour les apps, vous parlez tous deux de vos utilisations appliquées à votre travail concret d’écriture. Vous donnez du sens à l’explication de vos outils. C’est essentiel. Je ne peux que saluer le projet.

    Bonne réussite à tous les deux.

  3. @ Vincent et @Brian: merci 😉

    Simple question, est-ce que cela signifie la désertion des articles de SF sur ton blog ?

    Oui, c’est l’idée : SF et écriture (je viens de publier un truc à propos de mon 1er jour de NaNoWriMo, d’ailleurs) : fédérer nos billets sur un blog commun.

    On verra ce que ça donne : aucune certitude que ça fonctionne dans la durée, mais aucun risque à essayer non plus. Au contraire, je trouve ça plutôt motivant et sympa 😉