iCloud, Skydrive et mes notes

Icloud 001

Cet email de Apple, reçu il y a quelques jours, me rappelle que les 20Go de stockage iCloud offerts depuis deux ans pour me remercier de ma fidélité — lire : pour avoir payé des années durant pour MobileMe — sont expirés. Maintenant, faut payer.

Payer pour un service ne me gêne pas. Mais ce ne sera pas nécessaire, parce que je n’ai pas l’usage de plus stockage sur iCloud. Que j’utilise à peine, lui préférant… Skydrive, de Microsoft.

Moi aussi, ça m’a surpris.

Le but n’est évidemment pas de comparer des services qui sont relativement différents, mais de partager une expérience personnelle.

À quoi me sert le Cloud ?

Accéder à mes contacts (iCloud), emails (IMAP) et ma musique (iTunes Match).

Surtout, le Cloud me sert à accéder à mes notes, partout et sans avoir à me compliquer la vie en gérant manuellement les fichiers et leur syncro. Pensez Ulysses III + Daedalus Touch.

De ce point de vue, en ce qui me concerne donc, l’offre Skydrive + Office 365 est imbattable :

  • Un compte Skydrive, gratuit + 5 Go de stockage + 20 Go de bonus — sans limite de durée, Apple — parce que j’étais un vieux client hotmail.
  • 99€ pour l’abonnement d’un an à Office 365 + la suite Microsoft Office avec OneNote, + 20 Go de Skydrive supplémentaires.

100 euros, quoi, pour 45 Go de stockage (et 60 minutes de téléphone international offertes chaque mois, via Skype). Bien plus que ce dont j’ai besoin — mais je pourrais upgrader le stockage sans souci, vu les tarifs raisonnables proposés par Microsoft :

Icloud 004

100 euros pour assez de stockage et pour Microsoft Office c’est-à-dire, en ce qui me concerne, pour Word et pour OneNote dans lequel je prends toutes mes notes et écris de plus en plus, à la place de Word (toujours pas dispo sous iOS).

Et ta liberté, David ? Comment tu exportes tes notes ?

Vous vous en doutez, sinon je ne l’utiliserai pas : aucun souci — c’est là que Microsoft m’a vraiment gagné, en fait.

Le pivot de mon utilisation de Skydrive, c’est OneNote, NI Word, ni Excel ni aucun fichier au sens classique. Basta, les vieilleries.

D’abord, parce que OneNote fonctionne sur iOS et qu’il ne me fait pas chier avec la gestion des fichiers. Et parce que tout est sauvegardé sur Skydrive.

Ensuite, parce que je peux y écrire comme je le souhaite et parce qu’il fonctionne à la façon d’un Wiki (liens, images, etc.) — si j’ai connu plus beau que OneNote, il est un premier prix de beauté comparé à n’importe quel Wiki, et bien plus sympa à utiliser.

Enfin, parce que la version PC exporte nativement au format PDF et vers Word (je pourrais en parler des heures, tant leur intégration est incroyablement bien pensée : il n’y a rien qui se compare à ce couple) — Word, dont on dispose mécaniquement, puisque Onenote est livré avec Microsoft Office dans sa version Windows (pas de version Mac, donc).

Et, de Word, quoi qu’en disent les esprits chagrins, on peut exporter proprement vers n’importe quel format, grâce à des scripts VBA. C’est ce que je fais.

J’utilise un script maison pour importer des notes Markdown vers du docx (en respectant les styles de Word : gras italiques, titres, images, citations, etc.) et un autre script pour les exporter/archiver en Markdown (toujours sur base des styles de Word) — exactement comme on utilise une CSS et un parser sous OS X (Marked, par exemple) pour convertir du Markdown vers d’autres formats. C’est un peu moins facile à créer qu’une CSS, mais on ne doit le faire qu’une fois et les possibilités sont très vastes.

Skydrive et OneNote sur iOS ?

Je sais, Microsoft c’est le mal et ça plante tout le temps. Disons, pour résumer mon impression, que j’ai moins de souci et de lenteurs sur Skydrive que sur iCloud. Mais j’ai eu droit à quelques coupures.

Mais Skydrive n’est pas signé Apple. Et ça sent. tel quel, il s’intègre très mal à iOS. Accéder à des fichiers “classiques”, genre Word ou Excel, est franchement peu pratique… J’ai laissé tomber.

(Si seulement le développeur de UX Write accédait à ma demande d’ajouter le support de SkyDrive, il gagnerait toute la clientèle business de Microsoft : UX Write est juste ce qui se fait de mieux sur iOS pour travailler du DOCX, il manque juste — un détail — un accès aux fichiers Word.)

Bref, je n’utilise SkyDrive sur iOS que pour… OneNote, qui marche bien entre iOS et PC (et Web).

131002 130749
Ici, des notes de recherche sur un véhicule de transport militaire… pour une histoire de SF qui se passe en partie dans un tel véhicule. Je n’aime pas les onglets, mais j’ai appris à les utiliser.

131002 131016
La liste de mes blocs-notes et de mes comptes (Skydrive et Sharepoint seulement). Les couleurs des blocs-notes sont un code d’identification personnel.

Dans OneNote, on peut afficher la note en plein écran ou afficher les autres pages du bloc-notes, sur la droite. On peut ajouter des images, du gras, des liens, etc. Les notes sont automatiquement sauvegardées et synchronisées sur Skydrive. On peut zoomer le texte en le pinçant. Bien sûr on accède à tous les carnets stockés sur Skydrive (mais pas ailleurs: Dropbox, etc.). Ah oui, j’allais oublier : OneNote permet de partager des blocs-notes et de travailler à plusieurs sur la même note.

Tout n’est pas rose :

  • La première syncro est leeeeeente si, comme moi, vous avez accumulé des dizaines de gros blocs-notes (j’utilise OneNote ponctuellement depuis plusieurs années, intensivement depuis plusieurs mois).
  • La gestion des notes offline est… hum… perfectible.
  • L’app est lourde.
  • Je rêve d’un bouton/app “nouvelle note rapide” sur iOS, comme il y a sur la version Windows Phone ou la version PC, qui permette d’ouvrir directement une nouvelle note sans passer par le choix d’un bloc-notes. Gain de temps.
  • La version iOS manque de ce plugin génial sous Windows qui permet d’envoyer une page web complète ou la sélection (texte et image) depuis Internet Explorer (oui, je me suis résigné à l’utiliser, juste pour ce plugin) directement dans OneNote : le gain de temps est énorme.

Conclusion ?

Sans doute jamais de conclusion dans cette recherche d’un outil le plus adapté.

Mais une constatation : avec OneNote, je me retrouve avec un outil qui, s’il n’est pas parfait du tout, se fait assez bien oublier, qui me permet de faire ce que je souhaite, qui s’est révélé fiable dans la durée (j’utilise OneNote ponctuellement depuis quelques années, intensivement depuis plusieurs mois).

Je rêve d’un OneNote sur OS X — plutôt que la misérable annonce par Apple d’une version web aussi allégée qu’inutile d’un iWork qui s’obstine à vouloir singer la feuille de papier. Mais, en attendant que Apple se réveillesorte du coma sur ce terrain, je me plie au passage par Windows 7/8 et Microsoft Office, via Parallels ou Bootcamp. Et tant pis si c’est pas à la mode.

En savoir plus sur OneNote ?

Si le sujet vous intéresse, et si vous aimeriez que je présente en détail OneNote ou la façon dont je l’utilise, n’hésitez pas à le dire et à utiliser le bouton Flatter en bas de ce billet. Mon temps aussi, c’est de l’argent.

Mais ne vous sentez surtout pas obligé de le faire : là encore, vous avez tout ce qu’il faut pour vous faire votre propre idée : Office 365 (avec OneNote, donc) est proposé en essai gratuit de 30 jours et la version iOS est gratuite si vous disposez d’un compte office 365… Yapuka.

Edit du 02 oct. 2013 : changé le titre du billet.

21 comments » Write a comment