Touche pas à mon Sphynx

L’Egypte envisage de mettre un copyright sur les pyramides (et sur le Sphinx). Pas pour protéger “l’oeuvre” d’on ne sait trop quelle menace photographique (ça use les blocs de pierre multi-millénaires les photos au flash ? Plus que la pollution atmosphérique?), mais pour “dégager des fonds pour l’entretien des sites archéologiques” (je cite AFP). On en revient toujours à ça : tout coûte de l’argent. Rien n’est gratuit, même quand c’est gratuit: il y a quelqu’un qui supporte le coût de cette gratuité. OK, y a pas de raison… mais coller un droit de copie (copy right) sur un truc aussi vieux que les pyramides et le sphinx ?!? On va où, là ?

C’est de la folie. Une folie contagieuse. Je ne serais pas étonné que Walt Disney, le légendaire Studio d’animation/parc d’attractions/débiliteur d’enfants/machine à fric, qui a déjà réussi à faire passer une loi pour prolonger de quelques décennies son copyright sur Mickey, quitte prochainement les Etats-Unis pour s’installer en Egypte. Histoire de conserver son droit exclusif d’exploitation sur la petite souris aux grandes oreilles noires pendant encore 4 ou 5… mille ans !

Faites des photos

Et pourquoi pas un copyright sur les pyramides, au fond ? En France, on a bien un copyright sur la Tour Eiffel “de nuit” (on a pas le droit de publier des photos de la tour prises la nuit car …. son éclairage est protégé par le droit à l’image. Sans rire), les musées publics se réservent (presque) tous le droit d’exploiter l’image de leurs collections (collections qui sont la propriété de la Nation, des français collectivement). Tu veux du pop-corn avec ton Rembrandt
La photographie, une pratique honteuse ?
Droit à l’image, rebonds

Comments are closed.