Immersion dans Windows

On me reproche parfois de me moquer de Windows, voire même de n’être qu’un troll anti-Microsoft.

C’est faux. Je ne vais pas rappeler que j’ai écrit plusieurs manuels consacrés à Windows (ha ben si, tiens, je viens de le rappeler… Mais ne vous ruez surtout pas dessus si vous espérez ainsi me montrer votre soutien, en les achetant : je ne touche pas un centime sur les ventes), ni que je l’ai utilisé pendant des années et l’utilise encore à l’occasion.

Mais je dois bien admettre que j’ai pris l’habitude de plus souvent rigoler des défauts et des incohérences de Windows (et de Microsoft en général) que de parler de ce qui me semble bon.

Du coup, je me suis demandé s’il serait possible de dire du bien de Microsoft ? Je veux dire de façon intéressante : comment, et en parlant de quoi ?

Je pourrais faire une liste de ce que je trouve bien. L’Explorateur de fichiers par exemple qui, s’il est un vrai foutoir, enterre le Finder qui équipe OS X. Microsoft Word (hé oui. J’y reviendrai surement, vu que cette simple remarque d’un “pro” TXT/Markdown comme moi  suffira sans doute à me faire lyncher). Windows Live Writer (pour blogger, c’est avec lui que je rédige ce billet). Ou encore Microsoft OneNote, qui est aussi génial qu’il n’est pas beau et qu’il est bordélique (c’est dire à quel point il est génial). Etc. Windows 7 lui même a pas mal de qualités.

Mais une telle liste serait abstraite, un pur et simple appel à troller : j’aime vs j’aime pas.

Bref, au diable la liste : j’ai décidé de remplacer mon Mac par un PC sous Windows… pour sept jours (sept jours parce que Windows 7, je sais c’est très subtil). On verra comment ça se passe. S’il y a des trucs intéressants à dire durant cette expérience, j’en parlerais ici. En mal, comme en bien.

Aucun Mac jusque dimanche prochain. Sauf, parce qu’il faut bien une exception à cette règle, pour une application bien spécifique : FaceTime, que j’utilise intensivement avec ma jeune nièce (trop jeune pour que je l’embête en lui demandant de changer d’outil juste pour que nous puissions continuer à bavarder comme nous en avons pris l’habitude). FaceTime dont je ne dis pas que du bien, notez.

Si je l’estime nécessaire, j’installerais des applications tierces (c’est déjà fait : Microsoft Office 2010, AutohotKey et Windows Security Essential), mais toujours en privilégiant les outils made in Microsoft quand ils existent. Et on verra comment ça se passe.

J’aurais aimé pouvoir tester en même temps un téléphone Windows, à la place de l’iPhone, mais je ne suis pas Crésus (Microsoft France, si tu passes dans le coin et si tu veux jouer le jeu : aucun souci pour recevoir un téléphone en prêt, au contraire). J’aurais aimé aussi tester Windows 8 (pendant huit jours, haha) sur un PC/tablette mais… voir remarque précédente.

Voilà.

Tel un Neil Armstrong 2.0, ce n’est pas sans une certaine émotion dans la voix, que je vous annonce donc ce voyage au pays de Microsoft, ce “tout petit pas pour l’homme, mais un pas de géant pourdont se fiche l’humanité” Clignement d'œil

windows2

Clic = grand

Considérations techniques (au cas où vous trouveriez que je râle trop sur d’éventuels problèmes de performances ou, à l’inverse, que je me montre trop enthousiaste) : Windows 7 64 bits Pro, fraichement installé sur un Thinkpad X220 Core i5 2,5ghz, 4Go de RAM, avec le disque dur de base à 5400t de 320Go (j’ai donc viré mon SSD).

15 comments » Write a comment