Apple, c’est le mal

Et les fans de Apple doivent être des salauds qui profitent de la misère des ouvriers chinois. C’est, en gros, ce que je comprends de cette illustration :

Troll.png
Think Different

C’est vrai que les Mac sont (presque) tous made in China. Or, on sait ce que ça veut dire pour les ouvriers de bosser en Chine. Donc, pleurer sur le départ de Steve Jobs c’est dégueulasse, nous ferions mieux de pleurer sur le sort des ouvriers.

Soit. Mais peut-on, un instant, mettre le film sur Pause ? J’essaye d’imaginer la scène : notre ami, énervé par Apple, en train de mettre la dernière touche à son photomontage en cliquant fébrilement ici et là avec sa souris (made in où ?), assis devant son écran (made in où ?) et son clavier (made in où ?), le tout branché sur un PC (ce n’est qu’une hypothèse — made in où ?). Puis, une fois satisfait de son montage ô combien critique (si si), le publiant sur Blogger (on appréciera le choix de Google comme plateforme de publication), en utilisant un modem (made in où ?) pour se connecter à Internet et la déposer sur un serveur (made in où ?) pour le rendre accessible à tous ses lecteurs, derrières leurs ordinateurs qui, toutes marques confondues, sont made in où ?

Oui, je vois bien à présent : cela change tout d’utiliser un PC au lieu d’un Mac.

Mais j’utilise un logiciel Libre pour faire mon montage (Gimp ou un autre), et je travaille sur un système d’exploitation Libre (Ubuntu ou un autre GNU/Linux) me répondra peut-être notre ami ? Là encore, je comprends mieux : c’est sûr que de savoir ça doit grandement contribuer à améliorer le moral des ouvriers chinois qui fabriquent les composants de son PC, sur à peu près les mêmes chaînes que celles où ils fabriquent les composants des Mac.

Je me demande si, le soir, notre ami regarde parfois la TV (made in où ?) ou s’il écoute la radio (made in où ?) ? Et ses chaussures, son jeans, son t-shirt, ils sont made in où ?

Je rêve du jour où le consommateur rendra au citoyen la place qu’il a usurpée. Mais je ne pense pas que désigner une marque, ou un groupe de consommateurs, comme étant le mal soit la bonne façon de faire.

Sur le même sujet (mais sans le troll) : L’iPad, au-delà de la chasse aux sorcières