Profession ? Enfoiré virtuel

When John Spears gets home from his sales job in New York, he sits down at his computer with a bottle of beer and starts patrolling the US border.

And to do it, he does not need to stir from his sofa.

He is one of tens of thousands of people around the world who are volunteering to patrol the 1250-mile long (2000 km) stretch between Texas and Mexico via the web.

(…)

Since the site went live in November 2008, it has received more than 50 million hits, and more than 130,000 people have registered to become ” virtual deputies”.

Ce qui donne, traduit vite fait:

Quand il rentre de son travail de vendeur à New York, John Spears s’installe devant son ordinateur, avec une bouteille de bière, et se met à patrouiller le long de la frontière US.

Et pour cela, il n’a même pas besoin de quitter son fauteuil.

Il fait partie  de ces dizaines de milliers de personnes tout autour du monde qui se sont portées volontaires pour patrouiller, par Internet, les 2500 km de frontière qui s’étire entre le Texas et le Mexique.

(…)

Depuis que le site a été lancé en novembre 2008, il a reçu plus de 50.000.000 de visites et plus de 130.000 personnes sont sont inscrites pour devenir des “shérifs virtuels”.

Lire la suite, de l’article sur BBC News, en anglais.

Il y a tout un roman dans ces quelques paragraphes, ou à tout le moins une sacrée nouvelle de SF, qui ne demande qu’à être écrit. Malheureusement ce n’est pas une histoire, c’est la réalité.

Enfin, on ne va pas leur faire la morale, c’est à peine moins pire ici : les clandestins, c’est par avion charter entier qu’on les renvoie de leur côté de la frontière.

Et parce que ce blog a une vocation pédagogique qui n’aura—évidemment—échappé à personne, et pour qu’on ne puisse pas dire que je fais que râler, relisons ensemble la définition du mot enfoiré.

1 comment » Write a comment