Take a break, c’est pas moi qui le dit

Comme me conseille de le faire Brian Eno, je fais un break d’une petite demi heure dans le bouclage du prochain numéro de Compétence Mac.

IMG_0135.png

Oblique Strategies est un jeu de cartes “inspiratrices”, conçues par Brian Eno et Peter Schmidt, qui aident à sortir d’une impasse ou à se remettre en route quand on piétine sur une question. Ca a probablement l’air idiot, mais ça marche, au moins avec moi.

C’est disponible en version papier, dans une jolie boîte cartonnée, que vous pouvez acheter ici:

IMG_0093.png

Et pour, éviter de les trimballer avec soi en permanence, on trouve un équivalent gratuit en version électronique pour iPhone (lien AppStore)  😉 EDIT février 2010 : l’application n’est plus disponible.

Je vous laisse, j’ai un thé à déguster.

11 comments » Write a comment

  1. Impossible de trouver cette application…
    Pourtant je cherche. Avez vous une idée?

  2. J’imagine qu’ils ont du retirer l’application. Il y en a une payante, si vous cherchez sur “Obliques Strategies” mais elle semble moins riche…

  3. Merci de votre réponse.
    J’ai eu beau chercher, sur les itunes stores, ou même le web, pas mal de pages la mentionnent mais aucune ne donne le bon lien. Une rareté du coup..!, la première appli culte?
    En tt cas j’ai pas trouvé l’appli payante dt vous parlez?…

    Merci en tt cas. Grâce à vous et à vos articles je viens de télécharger NV et Scrivener.. J’ai l’intention de faire de la prise de notes sur iphone et je me renseigne sur les solutions (evernote p-être aussi). Et scrivener pour la maison peut-être, mais j’ai pas encore essayé… J’ignorais l’existence de ces applis pour écrire, je m’en tenais à Open Office..

  4. Sur le site officiel de l’appli (http://www.folabs.com/), elle est annoncée comme “plus disponible”.

    Sur iPhone, il y a simplenote qui est pas mal, ou Writeroom.

    Scrivener: Je n’enjolive pas quand je dis qu’il mérite à lui seul qu’on achète un Mac. Son développeur a créé le soft le plus novateur depuis… qu’il y a des traitements de texte sur les ordinateurs. C’est phénoménal, et en même temps sans la moindre prétention. 

    Il faut apprécier la quantité d’options disponibles si on en a besoin; le “si” est essentiel car si on n’en n’a pas besoin, elles ne viendront jamais se mettre dans votre chemin (comme dans Word ou OpenOffice) : le programme se met au service de son utilisateur et il le suit discrètement. C’est un serviteur dévoué, par une usine à gaz qui exige des attentions et impose une façon de travailler. 

    (Même remarque pour la pléthore de raccourcis clavier: ils font gagner un temps fou… si le besoin s’en fait sentir, sinon tout est accessible via les menus. Mêmes les sauvegardes sont bien pensées.)

    Si je peux vous donner un conseil, n’essayez pas de “tout” comprendre et découvrir de Scrivener d’un coup: c’est aller dans le mur. Commencez doucement (par exemple en utilisant le tutoriel fourni), explorez-le à votre rythme 😉

    Je l’ai acheté quand il était encore en beta (en 2006, je crois) et je continue encore aujourd’hui à découvrir tout ce qu’il fait. En fait, je l’ai acheté moins de 2 heures après l’avoir testé…c’était un coup de foudre. Tomber amoureux d’un soft, Dingue… Aujourd’hui, en 2010, lui et moi c’est toujours l’amour fou comme au premier jour 😉

  5. Pour Oblique, tant pis, elle reviendra!..

    Merci, je vais m’y mettre à Scrivener et découvrir pas à pas comme vous me le conseillez. J’ai aussi téléchargé la démo d’Ulysses, je n’ai encore essayé aucun des deux mais cela ne saurait tarder. Je vais voir aussi ce qui se marie mieux avec des notes iphone.
    En fait l’idéal serait de trouver la bonne chaîne entre une appli de notes iphone et une appli de notes mac et un logiciel d’écriture type scrivener ou ulysses…, tout cela sans trop de complications et plus ou moins en transparence: importer les notes des différentes sources (iphn+mac) ds le soft ‘principal’ du mac, etc. (voire l’inverse aussi d’ailleurs). Mais j’en demande peut-être trop !
    C’est vrai que j’en avais marre de la lourdeur de word et de open office..

  6. Je n’ai pas testé mais, de mémoire, c’est possible d’utiliser la version iPhone de Writeroom  et d’importer les notes via un service de syncro en ligne, directement dans Scrivener:

    Par contre, en faisant le screenshot je me dis que quelque chose cloche : Writeroom est récemment passé sur le service de syncro “SimpleText” (plus sur “writeroom.ws”) : faudrait vérifier si c’est encore opérationnel ? 

    Si jamais tu le testes, n’hésites pas à nous tenir au courant 🙂

  7. Merci pour l’info ! je testerai sûrement ou en tt cas je chercherai la bonne “chaîne”. Mais j’aimerais vraiment me passer d’un transfert en ligne, qui ne fait qu’alourdir le processus.
    J’ai fait la moitié du tutorial de scrivener, qui m’a demandé un effort soutenu (car en anglais!!). De la même manière le fait que l’appli soit en anglais me ‘dérange’ un peu, au début en tt cas.
    Mais en fait, surtout, j’ai l’impression qu’il n’y a pas de “mode page”, comme sur word ou OpenO. C’est-à-dire que moi j’ai besoin de paramétrer une page, et écrire mon continuum là-dedans, en voyant les pages (et les sauts de page) défiler.
    Or là, rien de ça à moins de créer un document par page ds le binder?, ce qui est évidemment hors de question et pas fait pour ça (chapitres à la limite).
    Ça m’étonne un peu (non: beaucoup!), mais je n’ai pas trouvé (encore). Si cela n’existe pas, je ne peux pas envisager d’utiliser ce soft, car ça me semble le point de départ. (point de départ de l’écriture: la page, hé oui, basique !).

  8. Il semblerait que vous n’allez pas vous entendre car il n’y a pas de page dans Scrivener 😉

    Le logiciel est même développé dans cet esprit de s’éloigner de  la représentation de la page (Word ou Ooo sont très bons pour ça, pas besoin d’acheter Scrivener): ici il s’agit d’écrire et de travailler le texte au corps, sans se préoccuper de la mise en page. Cela dit, tu as le compteur de caractères/mots qui te donne une estimation du nombre de pages 🙂

    Edit n’hésite pas à expérimenter avec le Binder, tu peux créer un document par… paragraphe, tellement c’est facile 😉

  9. Edit: en fait, le processus de travail “recommandé” avec Scrivener pourrait être résumé comme ceci :

    1. Brouillon, recherche et écriture dans Scrivener (c’est la plus longue étape ;-))
    2. Export vers Word ou OOo. En effet, même si Scrivener peut créer des fichiers DOC ou RTF exploitables tels quels, on fait la…
    3. …mise en page et les fignolages dans Word ou OOo, qui sont plus puissants.
    4. Envoi à l’éditeur 😉
  10. Mince c’est bien ce que je craignais après recherche. Merci pour ta réponse. Je suis déçu car le “concept” de cette appli me plaisait, notamment pour les notes, brouillons, etc.. (pas pratique d’avoir plusieurs docs OOo pour un même projet, avec les notes etc..). Damned. Dommage car les pages c’est une structure de base ds l’activité d’écriture pr moi. Donc en fait un document dans Scrivener, c’est un grand rouleau?, or moi j’ai besoin (je crois) du rapport à la page… (il paraît que Kerouac a écrit Sur la route sur un rouleau qu’il déroulait au fur et à mesure… !)
    De la même manière que j’ai du mal à écrire à la main, la visualisation des pages en train de se faire m’est capitale.. (il ne s’agit pas de mise en page, juste de visualisation, c’est ‘psychique’ !! Mais peut-être qu’il faut essayer de changer ses habitudes… 😉

  11. Ou peut-être pas. Keith, le papa de Scrivener, est le premier à dire que son soft ne peut pas plaire à tout le monde. Il ne faut surtout pas créer un environnement de travail qui ne te convienne pas. Essayez et si tu sens que ça ne passe pas, n’aie pas de regrets.

    Tu l’auras compris, je suis un fan du rouleau. Pourtant au travail, pour les manuels, comme toi j’ai besoin de pages, j’ai besoin de “voir” la page… parce que son contenu est très visuel et que ça m’aide à la construire. Comme quoi 😉