Evernote: je t’aime, moi non plus

Dans Evernote, je stocke tout en vrac avant (d’essayer) d’organiser cette masse d’informations dans des dossiers, dans le Finder. J’y dépose vraiment tout: idées, citations, bout de dialogues, articles à écrire et ébauches d’articles, titres de bouquins à lire, des “trucs” que je trouve ici et là “qui peuvent servir un jour”, et même un tas de fichiers que je ne sais pas où ranger. Il suffit de déposer un ou plusieurs fichiers sur l’icône de Evernote pour qu’il les ajoute dans un nouvelle note. Simple et pratique: ils sont alors disponibles automatiquement sur tous mes Mac.

En quelques mois, j’y ai déposé environ 800 notes, dont une centaine de fichiers PDF que j’ai voulu récupérer ce matin. Quelle ne fut pas me surprise de découvrir qu’il n’y avait pas de moyen simple de sortir un PDF de Evernote. Le glisser-déposer, qui marche pour importer le fichier, ne marche pour l’exporter; le menu “Exporter” ne permet pas… d’exporter le PDF, mais la note elle-même dans un format XML. Il n’y a pas non plus de solution simple pour exporter d’un coup les simples notes de texte dans un format courant, genre RTF (faut faire un copier coller). 

Comment récupérer mes PDF ? En faisant un clic droit dessus et puis choisir “Save As” et puis lui indiquer où l’enregistrer. Au moins trois clics, donc. Pour 100 PDF, ça fera au moins 300 clics. Sans compter que, à chaque fois, il faudra indiquer à Evernote où enregistrer le PDF, car il propose systématiquement de le placer à la racine du dossier utilisateur. Génial. Pourquoi je peux pas faire un glisser déposer? Pourquoi je peux pas exporter d’un coup plusieurs fichiers?

Evernote est une boîte à chaussures numérique. Ce que j’attends d’une boîte à chaussures, même numérique, c’est qu’elle me laisse récupérer ce que j’ai mis dedans, aussi facilement que je l’y ai mis. 

Evernote est une application bourrée de qualités: elle montre (avec Dropbox) à Apple ce que Mobileme et iDisk auraient du être, sa gestion des mots-clés et son outil de recherche sont excellents… Mais sur le coup, on se dit que les développeurs ont carrément oublié de finir le programme.

Edit 26 mai: Evernote améliore l’exportation.

Une application concurrente, Yojimbo, n’a pas ce problème de récupération des fichiers (ou des notes) mais, utilisant Mobileme pour la syncro entre plusieurs Mac (bien trop lent et peu fiable), jel’avais laissée tomber pour Evernote. Ce matin, j’ai vu qu’il était possible de faire fonctionner Yojimbo avec dropbox… Je crois que je vais lui donner une seconde chance.

5 comments » Write a comment

  1. Le seul ennui à utiliser Dropbox pour synchroniser les logiciels tiers disposant d’une “bibliothèque” est la nécessité absolue de fermer le logiciel en question avant de l’ouvrir sur un autre poste. Moi j’y pense une fois et après j’oublie.
    C’est là où Evernote fait plus efficace. Effectivement, pas top si on veut exporter toutes les notes d’un coup, mais est-ce bien utile (d’exporter tout d’un coup)?

  2. “l’utilité” de telle ou telle option dépend de chacun. Par exemple, dans MobileMe je n’ai pas besoin de la syncro des calendriers iCal vu que je bosse avec un Filofax, d’autres ne peuvent s’en passer. C’est quelque chose de très personnel et je ne demande pas à Evernote, ni à personne, de me dire si telle option est utile ou si tel besoin est raisonnable (de toute évidence ça l’est pour moi, sinon je me serai pas embêté à le faire ;-)). Je constate simplement que je bute sur un problème. 

    Ma remarque n’est d’ailleurs pas moins pertinente que je désire exporter 1 ou 1000 fichiers: le soft n’offre pas la même facilité à l’export qu’à l’import, et je ne vois aucune raison valable à ça. (Pour info, l’exportation marche superbement bien depuis DevonThink, EagleFiler, Together, Yojimbo,… Bien sûr, ils ont d’autres défauts (et qualités), tout particulièrement, comme tu le dis, au niveau de la syncro)

    Ca me ramène à un constat bien amer: malgré le temps (et pas mal d’argent) passé à tester des alternatives, une fois sorti du bon vieux système de dossiers et fichiers (le Finder, quoi), on est à peu près dépourvu. En fait, on est loin de la simplicité, de la souplesse et de la fiabilité tant mises en avant… C’est encore plus frappant quand on considère les métadonnées (les tags, par exemple): c’est suicidaire de les utiliser sur des données qu’on va synchroniser: à part sur iDisk, on est presque sûr de les perdre; c’est une des choses que j’apprécie dans Evernote: mes tags sont préservés d’une machine à l’autre. 

    J’aime vraiment beaucoup Evernote (dont je suis un utilisateur payant, tout comme de Dropbox–pour te dire à quel point je les trouve satisfaisants), mais je ne veux pas que mes données soient emprisonnées dans un programme. C’est déjà assez agaçant qu’il n’y ait pas de version de Evernote compatible avec Linux et que je sois obligé de passer par l’interface Web pour pouvoir accéder à mes données sur un de mes ordinateurs. 

    En attendant mieux, je vais chercher une solution basée sur Dropbox (qui s’intègre avec les trois OS que j’utilise et qui ne limite pas mon accès aux fichiers), quitte à me passer de Evernote, ses tags, son OCR et sa recherche si géniaux. Ca m’emmerdrait vraiment de perdre Evernote, mais ça m’emmerde encore plus d’être coincé 😉

  3. Oulà! faut pas le prendre mal, je ne critique pas l’utilisation, simplement ce n’est peut être pas tous les jours que l’on veut tout exporter d’un coup, mais il est évident que cela reste un vrai problème, ne serait ce qu’en cas de disparition du service.

    Néanmoins, il n’y a pas de solution simple: Evernote se veut un bloc note numérique, plus fait pour cataloguer sur place que pour exporter, on le voit très nettement au format “fermé”. D’ailleurs, on aura exactement le même problème avec un fichier omnioutliner ou autre, stocké dans Evernote: impossible de l’éditer puisqu’il doit être zippé, donc si on le dézippe, il n’est plus lié. Cela n’a absolument aucun intérêt!

    Je pense qu’ils ont fait un choix, tout comme l’absence d’arborescence, la faiblesse des outils texte, l’absence de lien inter-note, l’absence d’OCR sur les pdf. Tout cela est gênant de mon point de vue, et pourtant, j’ai aussi pris l’option payante, en espérant qu’il y aura une évolution.

    J’utilise DevonThink depuis 5 ans. Et je peste contre l’absence de synchronisation. Que faire d’une base de plusieurs Go si elle ne peut pas être synchronisée entre 2 ordi? La recopie dans un sens et dans l’autre? La porte ouverte aux gaffes. Combinée à Dropbox, c’est déjà mieux, mais pas parfait.

    J’adore Dropbox, mais c’est juste un moteur, manque l’interface. J’ai essayé Eagle filer, Together dessus: le problème est toujours le même: penser à fermer la base, sous peine de gros dégâts.

    J’aimerais moi aussi avoir un outil et un seul, mais c’est pas pour demain la veille!

  4. Je ne prends rien mal, je recentre la question: c’est pas ce que j’en fais (ou toi) qui compte, c’est la différence entre l’entrée et la sortie des données 😉

    A priori, on butte sur les mêmes soucis chacun de notre côté. Des soucis qui n’existent pas quand on se limite à utiliser un seul Mac, ou seulement des fichiers/dossiers traditionnels… Le plus gros fautif, ça reste quand même Apple: iDisk serait idéal s’il n’était pas aussi lent.

  5. Pingback: Mon Evernote idéal | geekunivers