C’est quoi une voix qui sort du lot ?

A part Billie Holiday, je suis pas vraiment fan des chanteuses de jazz (autre grand amour secret de mes oreilles: Janis Joplin, mais on est plus vraiment dans le jazz). Ou alors c’est que je ne les connais pas. Tout bêtement. Pour mes petites oreilles,le jazz c’est d’abord des instruments de musique et elles ne m’encouragent pas à essayer d’autres choses. Mais là, je vois pas comment j’aurais pu ne pas m’y intéresser.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Trois fois rien. Je me suis fait rentrer dedans par Lauren Bacall, à la sortie d’un métro, qui m’a invité à prendre un café pour se faire pardonner — Honey, don’t wait for me. I’ll be late… a-t-elle dit en se tournant vers le pauvre Bogart, tout petit dans son imper trop grand pour lui, avant de m’entraîner bras dessus bras dessous vers la première brasserie venue.

Bref, j’étais plongé dans un bain chaud — autant pour croiser accidentellement Bacall :-/ — en train de prendre quelques notes tout en écoutant une station de jazz sur la radio toute pourrie qu’on a installé à la salle de bain. Pourrie, c’est peu dire: on entend parfois, toujours mal, des voix entre les parasites et les craquements. Mais bon c’est surtout pour écouter la météo le matin alors, sans vouloir manquer de respect à tous les Mr et les Mme Météo du monde, la qualité du son. Hein… Mais ce soir, c’est comme si les parasites avaient été gommés d’un coup de baguette magique. Ou plutôt, c’était beau malgré tout. Beau !

<

p>J’ai à peine pu entendre le nom de la chanteuse. Le temps de me sécher, d’allumer un ordi et je suis sur iTunes en train de vérifier si c’est bien elle. Bon dieu de bon dieu de bondieudebondieudebondieu ! C’est elle. C’est Patty Waters.

<

p>

Je sais, vous allez penser que je suis obsédé par les voix. Non, c’est pas ça. Enfin, je ne crois pas ?

Comments are closed.