Un peu de télé et dodo

Ces derniers jours, jai un petit peu regardé la télé. Ca n’arrive pas souvent, mais vu qu’on a encore le poste de télé pour quelques semaines… Bref, je voulais écouter ce que les jeunes «  voyous » et nos personnalités pouvaient raconter sur les émeutes des banlieues.

J’ai entendu beaucoup de bêtises, une telle bêtise aussi. Et trop d’une haine hargneuse qui dissimule (mal) une palôte médiocrité. Mais le plus triste, peut-être, ce n’est pas tant d’être témoin de cette bêtise ou de cette colère que de s’apercevoir qu’elle n’était pas tant le chef des jeunes « voyous », mais plutôt de certain politique (pour être complet, je devrais utiliser le pluriel, mais je pense à tel en particulier) et de certains « journalistes ».

J’éteinds le poste de télé. Je branche Internet le temps d’étaler ma tristesse dans ce billet. Ca aussi c’est bête au fond, je ferais mieux de visiter les sites qui me plaisent. Ou mieux, plonger dans un bon livre

* * *

Que des jeunes gens puissent être aussi violents, ça me navre et ça m’inquiète un peu, pour eux.

Que des élus puissent être aussi peu maîtres d’eux-même et si irrespectueux de leurs interlocuteurs (de tous les citoyens), ça me terrifie.

Les jours d’hiver quand le froid serre

Le bourg, le clos, le bois, la fange,

Poteaux de haine et de misère,

Par l’infini de la campagne,

Les mendiants ont l’air de fous.

(Les mendiants, E. Verhaeren,Les campagnes hallucinées)

Je souligne.

Comments are closed.