Marre de la pollution, marre des bagnoles

Ce matin j’allais à pieds dans les rues de Paris, en route vers un RDV au Luxembourg. J’aime bien marcher — malgré le bruit de la circulation —, ça laisse le temps de s’arrêter quand on veut, si on veut, le temps de regarder autour de soi : photographier ou bavarder, parfois.

Pourtant, je ne me suis arrêté nulle part : l’air empestait trop. L’essence, le gazoile ou je ne sais quoi d’autre qui brûle dans ces satanées voitures. Ca puait.

L’erreur c’est peut-être de ne s’inquiéter que lorsque ça sent mauvais . Il y a toujours à peu près le même trafic les autres jours, donc la même pollution ?

Ne pas réfléchir mais continuer à rouler, comme tout le monde.

Ok, je suis un râleur 😉

Comments are closed.