Écrire un roman avec Ulysses III

Quelques années après son excellent Writing a novel with Scrivener, le romancier David Hewson annonce la sortie d’un nouveau manuel d’écriture : Writing a Novel with Ulysses.

S’il est à moitié aussi bon que son Scrivener l’était, je suis sûr que ce sera un bon achat — pour se faire une idée, les trente premières pagesseront disponibles ici.

Bien sûr, on peut se demander pourquoi on devrait utiliser Ulysses III pour écrire un roman ? En fait, on ne doit pas, on peut. Il y a pas mal de raisons à l’envisager :

  • Sa simplicité. Ulysses, c’est du TXT, quelque chose de léger, de fiable et de compatible avec tout. Mais c’est du TXT joliment mis en page — vu les heures passées à le regarder, c’est pas plus mal.
  • Sa portabilité. Ulysses est compatible avec iCloud, on retrouvera donc nos textes sur tous nos Mac.
    Il est aussi compatible avec Daedalus Touch, sur iOS — compatibilité partielle avec Daedalus, on attend Ulysses Mobile pour corriger ça. Il est donc possible de travailler n’importe où.
  • Sa gestion des projets d’écriture. Aucun problème pour travailler sur un ou plusieurs projets distincts, simples ou structurés. Ni pour passer rapidement de l’un à l’autre.
  • Aucun problème non plus pour écrire de façon linéaire, ou non. Comme avec Scrivener, rien de plus simple que de rajouter un passage ou de réorganiser complètement le texte.
  • Ses options d’exportation, y compris vers ePub.
  • Etc.

Mais la chose qui m’a le plus séduit dans Ulysses III, et celle aussi qui m’a le plus fait hésiter à sauter le pas, c’est qu’il est arrivé juste au bon moment, pour moi.

Après des années à causer Markdown sur ce blog, Ulysses est arrivé exactement au moment où je me demandais si tout ce bavardage autour de Markdown, des éditeurs spécialisés Markdown et des astuces pour optimiser mon workflow Markdown, ce n’était pas avant tout une excuse pour ne pas écrire.

En cachant Markdown sous son joli capot, et en se chargeant de gérer les fichiers à ma place, Ulysses m’a offert une solution idéale : continuer à utiliser Markdown et le TXT sans plus devoir penser à Markdown — on peut utiliser Ulysses sans même savoir que Markdown existe — ni aux fichiers TXT : plus besoin de les nommer, copier, sauvegarder, organiser manuellement, Ulysses se charge de tout (à la façon de Scrivener).

Ulysses, pour moi c’est ça : un outil disponible partout, qui se charge de tout ce qui n’est pas lié à l’écriture — mais qui me laisse ce minimum de mise en page que j’apprécie — et qui me laisse me concentrer sur une seule chose : écrire. David Hewson le dit mieux que moi :

Ulysses hides Markdown marvellously — for the average user it’s just a word processor with familiar italic and bold keystrokes. The code stays underneath the surface unless you really want it. Instead you get a very pure writing experience that’s about words and words alone.

1 comment » Write a comment

  1. Je faisais pratiquement le même constat que vous dans ce billet. Et je n’ai pas changé d’avis. Ulysses a quelque chose que les autres n’ont pas et ceux qui l’utilisent sont unanimes. Le genre de logiciel qui me conforte dans le choix du Mac plutôt que du PC.

    Et une fois qu’il sera possible de publier depuis Ulysses dans WordPress sans passer par le copier-coller, ce sera pour moi l’outil d’écriture ultime (ce défaut n’étant évidemment pas rédhibitoire pour la rédaction d’un roman).