Tintin ? Des nèfles !

Tintin, pour le monde francophone, pourrait être la même chose. Un étendard et un bien culturel commun. Un signe de fierté à promouvoir pour montrer la capacité de notre culture à éclairer et interpréter les enjeux du monde actuel. Au contraire, les éditions Moulinsart ont choisi de mettre le petit personnage sous cloche, dans un musée d’où il n’a pas le droit de sortir. Il prend doucement la poussière.

Un chouette article de Quentin Girard : Tintin prisonnier de Moulinsart, via @johanhufnagel.

On ne manquera pas de se souvenir que ce qui donne un tel pouvoir aux ayants droit du petit journaliste en culottes de golfe, c’est notre pognon : en continuant d’acheter les albums ou les produits dérivés, on valide leur politique débile.

1 comment » Write a comment

  1. J’avais lu et adhère à 100%. Perso je me suis offert (au fur et à mesure) l’intégrale des fac-similés jusqu’aux bijoux, ma madeleine à moi que j’ai. Et en bon tintinophile j’étais prêt à acheter (à reculons un peu quand même) leur série débutée avec la malédiction de Rascar Capac, le parcours de création d’Hergé étant surement interessant à connaitre, mais l’histoire du petit XXIème est la goutte qui a fait déborder le vase : Terminé, ils peuvent se brosser, je vais me rabattre sur Franquin 😉