Des façons de bosser sur Mac (et de choisir ses mots)

C’est marrant, comme le titre de mon précédent billet peut-être vu soit comme particulièrement à côté de la plaque, ou bêtement révélateur de la façon dont je bosse sur le Mac :

Sauvegarder automatiquement quand on quitte Textmate2

“Quitter TextMate”, dans mon esprit, c’est le mettre à l’arrière-plan. C’est passer à une autre application. Ce n’est pas quitter (Cmd+q) l’application TextMate. En fait, je crois que les seules fois où elle quitte réellement, c’est quand le Mac lui-même doit redémarrer.

C’est aussi quelque chose qui m’étonne — et, oui, qui m’agace un peu — de voir un utilisateur passer son temps à fermer chaque application dès qu’il passe à une autre, au lieu de les laisser toutes ouvertes à l’arrière-plan, là où elles ne gênent pas. Soit soigneusement repliées dans le Dock (Cmd+H) soit, comme ici, empilées en tas :

Quoi Comme le bureau sur lequel il est posé, le Bureau de Mon Mac est bordélique. Il n’est rangé que quand je n’ai rien de mieux à faire 😉

Ce n’est qu’une question de préférence, de confort. C’est sûr. Pourtant, depuis toujours OS X s’acharne — avec le Dock, le mode plein écran, Mission control, Exposé, les fenêtres masquées, les multiples bureaux, etc. — à nous libérer de ce genre de corvée. Pourquoi ne pas en profiter ? Est-ce par habitude ou par manque de confiance dans ce tas de pixels que sont les fenêtres ?

Osxdetecteuraiguilledanslameule

C’est peut-être bien le truc qui m’agace le plus quand je regarde ma nièce utiliser son Mac… Elle est maniaque de l’ordre : une app doit être fermée avant d’en ouvrir une autre, quitte à la rouvrir trente secondes plus tard.

Mais, comme c’est ma nièce, je me dis qu’elle a forcément raison et — vu qu’elle est aussi très stricte sur le fait de ranger ses fichiers (trop stricte ? Elle retrouve parfois in extermis ses devoirs à la Corbeille) — que je ferai bien d’en prendre de la graine 😉

7 comments » Write a comment