Le meilleur appareil pour la lecture, un point c’est tout.

2013 0905 191952.jpg
Mon Paperwhite de première génération. Je parie que la différence avec le tout nouveau Paperwhite ne vous a pas sauté aux yeux ? À moi non plus.

Si j’ai bien remarqué, dans l’annonce de Amazon, que tout était meilleur dans le nouveau modèle que dans le mien — c’est le moins que l’on attend de la technologie : d’être meilleure d’un modèle à l’autre — je retiens surtout qu’il n’y a rien de révolutionnaire qui me pousse à chercher une excuse pour changer de machine.

Whatsnew Paperwhite v 2.jpg

Avec le nouveau Kindle, on lira donc juste plus confortablement qu’avec l’ancien — avec son écran plus contrasté, son affichage plus rapide et plus précis, avec son écran tactile plus sensible, etc. Mais c’est du mieux sur du déjà excellent.

Il y a pourtant de réelles nouveautés… au niveau du logiciel, pas du matériel : PageFlip permettra, enfin, de se promener dans un ebook aussi facilement qu’on se promène dans un livre papier (c’est encore à tester); on disposera d’un dictionnaire plus pratique; Amazon annonce également un système d’encouragement des enfants à la lecture (là aussi, on verra bien de quoi il s’agit) et un partenariat avec Goodreads.

Mais, c’est au niveau logiciel que ça se joue. Un logiciel dont le propre est d’être facilement mis à jour — rien n’interdit donc a priori à Amazon d’offrir ces innovations sur le précédent Paperwhite (voir d’autres modèles de Kindle), sauf peut-être un choix marketing. On verra.

Même si Amazon essaye — pas sans mal — de lister des raisons pour nous pousser à acheter le nouveau Kindle Paperwhite, on est loin de l’obsolescence programmée si chère aux écolos et aux journalistes en panne d’inspiration.

Mon sentiment, devant cette annonce est que le Paperwhite ancienne génération est toujours aussi excellent — je ne lui trouve à peu près aucun défaut majeur (je ne parle pas ici des DRM, mais bien de la liseuse en elle-même) — que le jour de son achat. Les nouveaux clients auront simplement un appareil plus performant.

En fait, devant cette annonce, on redécouvre un truc très con, mais pas si bête : ce n’est pas parce qu’elle est numérique que la technologie est condamnée à être jetable. (Notez qu’on le sait déjà depuis longtemps, avec Apple, quoi qu’en disent ses détracteurs).

Fichtre. On nous aurait menti ? C’est un autre débat.

Si Amazon n’innove pas plus que ça sur son dernier appareil, est-ce parce qu’il n’y aurait plus rien à proposer de neuf en terme de lecture ?

Après tout, on lit depuis des milliers d’années, et on lit des livres depuis des siècles : difficile de présenter ça comme une activité révolutionnaire, même lorsque le livre devient numérique. Et puis, ce n’est pas comme si lire exigeait des machines surpuissantes : l’écran et les performances du Paperwhite de première génération ne m’ont jamais gênés, au contraire il a toujours su se faire oublier pour me laisser m’immerger dans le texte, c’est tout ce que je lui demande.

Pourtant, il reste beaucoup de choses à faire, des trucs que j’attends avec impatience… Pour n’en citer qu’une poignée (sans parler de virer les DRM, qui emmerdent tout le monde) :

  • La 3G sur tous les modèles, sans supplément de prix.
  • Une mise en page plus propre. Au stade actuel de formatage des ebooks, la plus modeste amélioration dans la gestion espaces, des césures ou des polices ferait déjà office de révolution.
  • L’abonnement. Putain, ça fait des années que j’en parle et que je l’attends sans perdre espoir : un abonnement à Amazon, la location plutôt que l’achat des livres (quelque chose qu’on trouve déjà sous une forme ou une autre chez de plus petits éditeurs) — et le Kindle offert dans le prix de l’abonnement.
  • Un accès simplifié aux notes et aux soulignements. Je me demande combien de lecteurs ignorent complètement que tout ce qu’ils soulignent est récupérable dans un simple fichier texte, directement depuis leur Kindle et quelque part en ligne sur leur compte Kindle ?
  • Supprimer la pub affichée en bas de l’écran d’accueil. Désolé, Amazon, mais chaque fois que j’allume mon kindle — “chaque fois”, comme dans 100% des cas — c’est pour lire un de mes livres. Ce n’est pas pour feuilleter ton catalogue, pour ça, je veux bien cliquer sur un lien.
  • Réfléchir aussi aux usages en réseau. Aussi bien en terme de lecture que de création. Mais Amazon n’est pas totalement absente sur ce terrain.
  • Support du ePub. C’est pas sorcier et ce serait bien élevé de ta part, Amazon.

Toutes ces améliorations, sauf une, sont logicielles. Ce n’est pas un hasard. Je vous en ai déjà parlé, à propos de l’iPhonéographie et de la photo en général ou même de Windows 8 : c’est au niveau du logiciel, des applications, que tout va se jouer dans les années qui viennent, y compris pour réussir à vendre du matériel.

Ça à toujours été le cas — demandez à Apple, qui n’a (presque) jamais changé d’approche — mais ça n’a jamais été aussi évident — demandez à Microsoft, qui a raté le train du mobile.

3 comments » Write a comment

  1. Pingback: Mise à jour du Kindle Paperwhite | davidbosman.fr

  2. Pingback: Ma liseuse ne vieillit pas | davidbosman.fr

  3. Salut David,

    J’ai pu essayé la Parperwhite et l’iPad Mini 2. J’ai finalement choisis ce dernier.

    Chacun ont leurs avantages, mais ceux de l’iPad correspondent plus à mon utilisation. Je m’explique.

    Je me suis découvert le goût de la lecture depuis une petite année seulement. Cela m’a permis de me rendre compte d’une chose, ma connaissance du vocabulaire est loin d’être parfaite, comme beaucoup qui ne lisent jamais d’ailleurs. De ce fait, l’iPad m’offre une définition des mots les plus complètes car même si son dictionnaire intégré n’est pas parfait comme celui de la Kindle, une simple recherche sur Google via le multitache de la tablette me donne une description satisfaisante.

    Au dela du vocabulaire, il y a l’interface qui est des plus agréables et rapide. Chaque livre (téléchargé ou acheté) à droit à sa pochette. Lorsque l’on veut prendre une note, marquer une page ou encore souligner un passage, tout est fait en transparence à la différence de la Kindle qui va crée un nouveau livre dédié à la prise de note par exemple. Ajoutons à ca la synchronisation qui marche à merveille contrairement à l’application Kindle qui se synchronise très mal chez moi avec mes autres appareils.

    Alors peut être que je n’ai pas le confort de lecture (écran, poids, autonomie) de la Kindle, mais j’ai tout le reste qui sont pour moi indispensable.