Choix d’une liseuse : les joies des DRM

Pour la fin de ses études primaires (elle recevra fin juin le brevet qui lui permet de passer en Humanités, je crois que c’est l’équivalent du Collège en France), je souhaite offrir à ma nièce une liseuse.

La question est : laquelle ?

En effet, du choix de la liseuse dépend ce qu’elle pourra lire dessus : les catalogues étant presque tous incompatibles et verrouillés par des DRM.

Le premier choix, vu le catalogue en français comme en anglais, va au Kindle. C’est d’ailleurs celui que j’utilise personnellement. Mais cela me pose un problème car, si j’utilise un Kindle, c’est uniquement parce que je sais comment casser les DRM utilisées par Amazon et ainsi “libérer” les ebooks que j’achète, pour ne pas dépendre de Amazon si je souhaite les relire dans quelques années ou pour les lire sur une autre interface que le Kindle.

Je sais comment faire. Mais je sais aussi que c’est illégal. Je me vois donc mal expliquer à ma nièce de onze ans comment craquer du code pour contourner une législation, même quand elle est aussi inepte qu’elle l’est en l’occurrence. Je préfère, et de loin, qu’elle apprenne à (faire) changer ces lois en tant que citoyenne.

Si je souhaite respecter la légalité, mon choix se résume donc à :

  • Soit avaler la pilule et l’initier à la e-lecture en courant le (trèèèèès gros) risque de l’enfermer dans le petit royaume d’Amazon, une entreprise privée, et que cet enfermement lui devienne vite naturel. Je dis ça, mais il a suffit de discuter posément avec elle, en se basant sur des exemples concrets, pour qu’elle comprenne les risques que représente un outil comme Facebook utilisé sans aucun sens critique…
  • Soit ne lui proposer qu’un catalogue de titres vendus sans DRM (domaine public et petits éditeurs, pour l’essentiel). Mais c’est se limiter à un catalogue vraiment très spécifique, qui risque de ne pas la séduire…

Dans les deux cas, le choix me semble potentiellement néfaste : elle grandira en acceptant l’idée qu’il est naturel de ne pas posséder ses livres, dont elle ne serait que la locatrice d’un droit de lecture. La possession n’est pas une nécessité en soi, nous sommes d’accord, mais c’est tout autre chose que d’être à la merci des caprices d’un diffuseur, ou encore courir le risque de dépendre d’une marque et d’un outil pour accéder au contenu d’un livre, ou de ne pas pouvoir acheter un livre parce qu’il n’est pas disponible chez ce diffuseur. Ou alors, c’est courir le risque qu’elle découvre la lecture numérique avec un catalogue trop léger pour la séduire…

Il y a d’autres pistes, bien entendu :

  • Lui offrir un iPad ? Cela ne ferait que décaler le problème, en remplaçant le verrou Amazon par le verrou Apple.
  • Oublier les ebooks ? Lui offrir des livres à l’ancienne, imprimés sur des cadavres d’arbres. Sauf que, si je compte lui offrire de beaux livres imprimés, j’imagine mal sa génération vouer le même culte sentimental (j’ai pas écrit “niais”, notez) que certain(e)s d’entre-nous envers quelques grammes de pulpe de bois, d’encre et de colle assemblés à la hâte. Leurs lectures seront numériques, aussi certainement que notre musique, nos films et nos photos sont numériques.
  • Attendre que le marché se décide à tuer les DRM ? Voir ce qu’en dit Charles Stross, avec lequel je suis 100% d’accord. Mais il faut attendre, et elle n’attendra pas pour grandir…

Si je ne veux pas attendre que le marché ouvre les yeux ou que le législateur se souvienne de qui est son véritable patron (et que ma nièce arrive à l’âge de la retraite), je peux aussi me transformer en pirate pour ses beaux yeux. Sans qu’elle en sache rien, dans un premier temps du moins, je peux me charger de débarrasser de leurs DRM les bouquins qu’elle achèterait. Elle ne violerait aucune législation, c’est moi qui le ferais pour elle. Le seul vrai risque à mes yeux, c’est qu’elle puisse me le reprocher, plus tard… et je serais d’accord avec elle : ce n’est pas une bonne solution de contourner la loi.

De ce point de vue, si j’opte pour cette option, aussi verrouillé soit-il, le Kindle serait à nouveau la plus intéressante des liseuses : lui offrant accès à tout le catalogue Amazon (car il s’agit bien de payer nos ebooks, juste d’en virer les DRM après achat), en plus du reste.

Je vous avoue que j’éprouve un immense sentiment de frustration et d’énervement : avoir à choisir entre respecter une législation inepte et attendre le bon vouloir des éditeurs, et pouvoir mettre entre les mains d’une enfant tous les livres que j’aimerais lui faire lire, sous forme numérique.

C’est stupide, et ce n’était pas ça la promesse du numérique.

Au fond, je crois que ma décision est déjà prise. Et puis, j’avoue que m’imaginer en costume de corsaire téméraire venant libérer sa nièce des griffes de la diabolique Compagnie des Indes Numériques, n’est pas fait pour me déplaire 😉

Edit: commande passée, reste plus qu’à attendre la livraison fin avril.

35 comments » Write a comment

  1. Très chouette article avec lequel je suis d’accord en tout point. Au final, quel sera ton choix ? Un kindle classic ou un Kindle Touch ?

  2. Si je peux soulager ton remords : je dois contourner la loi en faisant sauter les protections sur les DVD pour les encoder sur mon NAS et éviter que mon fils soit abreuvé de pubs ineptes et incontounables sur des DVD que j’ai acheté légalement… 🙁

    Le premier rôle d’un parent est à mon humble avis de protéger sa famille.

  3. Frustration et énervement partagés.

    Je ne demande que ça – enfin, n’exagérons rien – de pouvoir payer et de trouver mes ebooks.

    J’ai, pour ma part, refusé Amazon et je m’appuie fortement sur les livres du domaine public et librairies alternatives dont le catalogue en effet n’est peut-être pas le plus adapté pour ta nièce. Quoique Jules Verne, c’est chouette comme lecture.

    D’ailleurs, dans bien des domaines, les maisons d’édition sont bien à la ramasse j’ai l’impression. Monde scientifique, éditions jeunesse…

    J’ai moins de scrupule quand à l’illégalité. Le DRM, je ne le fais sauter que s’il m’empêche de lire l’ebook acheté légalement que je ne partage pas.

    H.S. : Humanités, c’est tellement plus joli que collège.

  4. @Ludo: Touch : je l’ai vue s’approprier mon Kindle pas Touch en un instant, et s’étonner que l’écran ne soit pas tactile. Les boutons lui semblaient plus incongrus que… allumer du feu avec des silex.

    @Llu:

    Quoique Jules Verne, c’est chouette comme lecture.

    Bien sûr 🙂
    Mais dès qu’on sort du domaine public et des classiques, ça devient plus difficile de faire son… shopping. Même si je suis un client enthousiaste des petits éditeurs 😉

    @Gilles: D’accord sur le rôle du parent, même un simple tonton qu’elle voit seulement une fois toutes les 36 lunes… J’aimerais être plus proche, pouvoir passer plus de temps avec elle 😉

  5. Evidemment : je commence à recevoir des demandes par email pour expliquer comment faire sauter les DRM Amazon. Désolé, je ne peux pas l’expliquer : la loi me défend de le faire… je vais donc encore moins risquer de le faire par écrit 😉

    Mais Google (ou DuckDuckGo ou Bing ou…) sont vos amis. Faudra peut-être fouiller un peu pour trouver l’outil qui vous convient 😉

    Si on a l’occasion de se rencontrer en vrai, par contre, on pourra en causer autour d’un thé ou d’un café 😉

  6. @David Il faudra attendre le 27 avril alors.. date de disponibilité du Kindle Touch en FR. Le mien est déjà commandé..Touch, pour les mêmes raisons que ta nièce. ^^

  7. Bonjour David,

    Je suis content: tu as mis tous les bons mots que je n’arrivais pas à trouver et ordonner simplement pour exprimer mon désarroi quant au choix d’une liseuse. Désarroi seulement dépassé par celui ressenti devant l’offre de lecture numérique qui nous est proposée (entre les indépendants -de qualité- mais au choix limité, et les boutiques qui ne se causent pas en plus de nous verrouiller).

    Au final, je n’ai toujours pas choisi et continue d’écumer mes bouquins papier (si ce n’est la bio de S.J, achetée sur l’iBookStore, histoire de tester la lecture sur un machin électronique).

    Au final, en bon geek, il me reste aussi la question du matériel: Kindle ou kobo ou…? En dehors de la question des DRM, pourquoi pencherais-tu plus vers le kindle que le Kobo? Est-ce simplement l’offre plus étendue chez mamazon qu’à la fnouc (je n’ai pas comparé assiduement). Le fait que le Kindle ne lise pas les epub (oui une fois acheté, on peut enlever les DRM, puis le convertir, c’est vrai) me refroidi un peu, mais c’est peut-être le geek qui parle.

  8. D’accord avec toi.

    Mais ceci dit, même chez Amazon, j’ai pas trouvé de version ebooks de nombreux romans que j’aimerai pouvoir acheter et étrangement dispo illégalement…

    Je suis curieuse sinon, elle aime lire quoi ta nièce ?

    Je me pose la question parce que j’essaie d’intéresser des collégiens à la lecture et j’ai pensé à certains bouquins du genre Club des 5, Le clan des 7, Le club du Grand Galop, Mon Amie Flicka, tous les Jules Verne, en plus d’Harry Potter.

    Mais je me demande s’ils trouveraient pas ça ringard en fait.

    • Le club des 5 ? On est en 2012 Llu !! Tu crois pas que Vampire diaries, ou des mangas sélectionnés par tes soins ne seraient pas plus adaptés ? En collège, le club des cinq risque effectimenent d’être quelque peu “ringard”… (et- de rendre ringarde la documentaliste), au risque de ne plus interésser personne au CDI. Sorry. (Paroles de papa d’une demoiselle de 14 ans en 4eme, grande lectrice et abonnée au club lecture CDI de son collège)

  9. Pingback: Choix d’une liseuse : les joies des DRM | davidbosman.fr | Le livre numérique en France | Scoop.it

  10. @Ludo : aucun souci. J’en ai besoin fin juin 🙂

    @Pouto: oui le choix en numérique reste trop pauvre. Mais tant que les lecteurs ne diront pas aux éditeurs que ça suffit… Comment se fait-il que Gallimard n’ai pas déjà mis une grosse part de tous les classiques qu’il publie en poche aussi en version numérique ? Parce que les Folio s’arrachent. Et que personne ne leur dit “coco, tu les vois mes 10 euros ? Ben, je les garde tant que tu me proposes pas un epub (ou mobi ou…) 😉

    @Llu:

    Je suis curieuse sinon, elle aime lire quoi ta nièce ?

    Elle commence. Là elle sur Saint-Ex etje lui ai mis Alice entre le mains, je crois qu’elle a accroché. Il y a aussi, en toute ABSENCE ASSUMÉE de modestie, ce que j’écris pour elle 😉 D’ailleurs, je suis salement à la bourre.

    Et puis on verra : le but est de la laisser picorer pour trouver ce qui l’emporte dans un monde d’aventures et tout ça.

    Edit: elle lit aussi pas mal de BD, mais ça sur le Kindle… bof.

  11. Pour tuer tous les DRM, il faut savoir choisir le bon XXXXXX

    Edit de David: censuré par HADOpitre 😉

  12. @ Pouto : pour répondre à ta question :

    Kindle. Parce que je lis énormément en anglais (et c’est juste le plus gros catalogue disponible). Et que je compte bien que la petite s’y mette aussi. Parce qu’il y a aussi beaucoup de choix en FR (et parce que je préfère crever que de remettre un pied à la FNAC), parce que c’est facile après avoir zappé les éventuelles DRM de convertir un epub en mobi, parce que le Kindle est une superbe liseuse (l’Odyssée est très bien aussi, note). Kindle enfin parce que j’aime avoir la syncro de ce que je lis entre le Kindle et les apps, et avoir mon flux Instapaper livré automatiquement 🙂

  13. @ludo : Si avec ça, les gens ne trouvent pas 🙂

    @David Elle a de la chance d’avoir quelqu’un pour la guider et lui créer des histoires à lire. Et c’est chouette qu’elle accroche. Bientôt, tu pourras l’initier à la SF 😉

    J’essaie de retrouver ce qui m’a fait plonger dedans pour trouver le déclic avec les collégiens même si à mon avis, il faut les intéresser plus jeunes, dès la primaire et que les petits dont je m’occupe sont une cause perdue. (Je sais, c’est triste de ne pas avoir d’espoir pour eux.)

  14. @Llu:

    @ludo : Si avec ça, les gens ne trouvent pas

    J’ai censuré l’ami Ludo 😀 (et il y a d’autres outils que celui-là)

    Bientôt, tu pourras l’initier à la SF

    J’y compte bien 🙂

    Mais c’est moi qui ai de la chance d’avoir cette nièce (et aussi ce neveu, même s’il est plus jeune, car lui aussi a accroché à mes histoires et réclame de lire la suite, et il est futé comme un diable). C’est comme si j’avaismieux que d’avoir gagné au Loto 🙂

    Ce qui t’a fait plonger ? Je parie pour le hasard d’une rencontre avec un texte ou quelque chose de ce genre.

    Je ne crois pas que des enfants puissent être perdus. Les adultes, oui.

  15. Tu ne sais même pas à quel point je t’envie parce que moi je n’aurai malheureusement jamais de nièce et de neveu tout mignons 🙁

    Je suis moins optimiste pour ces enfants. Quand t’es en 4e/3e et que tu ne piges pas le sens d’une phrase à structure simple sujet – verbe – COD, ça devient difficile de rattraper ce retard. Et malheureusement, je ne peux pas faire des miracles. Quant aux parents, je pense que beaucoup nous voient comme la garderie du coin :/

    Bref, c’est tout à fait hors sujet désolée 🙂

    @Poutou : Loin de moi l’idée de me faire de la pub, mais si tu veux un retour sur la Sony, je finis de le rédiger et je le publie d’ici 18h sur mon blog. Je ne sais pas trop si ça pourra t’aider mais on ne sait jamais.

  16. @Poutou : Loin de moi l’idée de me faire de la pub, mais si tu veux un retour sur la Sony, je finis de le rédiger et je le publie d’ici 18h sur mon blog

    Ce genre de “pub” est plus qu’encouragée : on attend le lien 🙂

    Tu ne sais même pas à quel point je t’envie parce que moi je n’aurai malheureusement jamais de nièce et de neveu tout mignons 🙁

    En fait, c’est pas les miens : je les ai volés 😉

    Sinon, ils ne sont pas mignons du tout ! C’est l’enfer, ces deux marmots. Terribles. Enfin, ils ne sont peut-être pas tout le temps insupportables. Rarement, même. Jamais, en fait… Mais je suis à peu près incapable de reconnaître qu’ils puissent avoir fait une vraie bêtise : c’est toujours le bon côté qui me saute aux yeux, quitte à gratter un peu pour le trouver. Je sais pas pourquoi…

  17. Et voilà 🙂 http://bulle.lluciole.fr/index.php/post/2012/04/19/Sony-liseuse-PRS-T1

    C’est pas du tout dans la forme traditionnelle des tests de matos. Je sais pas faire ça moi et ça aurait sans doute pu gagner à être un peu plus synthétique.

    Haha. Je suis un peu pareil concernant des enfants (une nièce et un neveu de substitution) que j’ai longtemps gardés. Bosser dans un collège m’a cependant un peu désenchantée.

  18. Salut dès l’autre côté des Pyrinées.

    Bon, je peux vous parler de mon choix à moi. Bien que le Kindle – que j’àime bien – est déjà arrivé en Espagne, je ne l’ai pas choisi par plusieurs raisons: * Il ne lit pas des ePubs (oui, je sais… Calibre) * Ici il n´était arrivé que le plus basique. Act: maintenant il est disponible le Touch, mais plus cher.

    Le fait le plus important est de ne pas lire des ePubs, l’experience tactile est plutôt optionelle. J’aime les ePubs et j’utilise mes propres ePubs avec Sigil, j’aime utiliser les ePubs que Instapaper me donne et ceux que le plugin d’OpenOffice fabrique. Donc, les mobi avec cape de Dart Vader chez Amazon ne me conviennent pas… par l’instant, je ne refuse pas de tomber sous l’influence de la Force. Il faut reconnaitre qu’à present, tout est là, et pour moi ce serait peut être la façon la plus facile de lire en français. Bon, en somme, j’ai profité le voyage d’une amie en NewYork pour m’offrir un Nook, de Barnes&Noble. Oui, je sais, Amazon, Barnes&Noble, Fnac… ils s’approchent au: je vais te faciliter la vie, mais surtout je vais te faciliter le transit du poignon. Mais ce qui est bon chez Nook ce n’est pas seulement son côté tactile mais le fait qu’il travaille trés bien avec des epubs – sans ou avec DRM – . Mon conseil: Nook Simple Touch, et j’ai entendu que B&N vennait en Europe.

    <

    p>Ah, j’oubliais, rien n’est pas perfect, il ne lit pas des txt! Au revoir. bidari

  19. @Llu Je pense en effet que c’est dès le plus jeune âge que l’on donne envie aux enfants de lire… Mais je pense aussi que redonner le goût de lire aux ados passe par des propositions de livres, beaucoup de livres mais plus la grammaire, l’orthographe et la conjugaison… Ces ados ne savent plus lire ni écrire alors comprendre les rouages d’une langue qui semble si peu à sa portée… Par contre utiliser l’écrit et la lecture pour construire quelque chose qui les intéresse doit certainement apporter énormément à leur approche de notre belle langue… et c’est alors que l’on peut leur monter l’utilité de toutes ses règles… Mais bon je pense tout haut… Je ne sais pas trop comment ça se passe au collège. @David… heu on n’avait pas dit une antologie de poésie en version livre lol! Non mais tu vas encore me la pourrir! hihi

  20. Bonjour,

    Ah les lecteurs numériques, pour moi deux points principaux m’ont finalement fait pencher pour le Bookeen Odyssey : le côté “libriste” et le fait que ce soit un fabricant français !

    Donc merci David d’avoir apporté du grain à moudre lors de mes réflexions et de m’avoir montré surtout (de façon indirect) que le Kindle n’était pas du tout le bon choix 😉

    Et en plus de epub, l’Odyssey lit les formats txt, html, pdf, mp3…

  21. @David: merci pour tes réponses et ton avis sur le sujet. La synchro est vraiment le point qui me plait le plus. L’absence du support epub…je ne sais pas quantifier l’emmerdement que ça m’apporterait 🙂

    @Llu: pas de soucis pour la pub comme ça, je suis toujours intéressé par des retours utilisateurs. le Sony et le Bookeen font aussi parti de ma liste, il faut que j’aille les tater, en vrai.

    En tout cas, une décision ets déjà prise: acheter une liseuse, pour voir 🙂 D’abord pour moi, et pour voir ensuite dans le futur si ma (jeune) progéniture aura plus de facilité à lire là dessus que sur du papier.

    Ah sinon ce qui me fait **** avec les ebooks aussi, c’est le problème du prêt. Les ebooks (ça me fait penser à “ewoks” à chaque fois) n’empêchent pas de partager sur le contenu du livre, sur les auteurs/bouquins appréciés ou non (et ajoutent même un partage sur les contraintes techniques et comment les contourner), tout comme les bouquins papier. Mais la facilité du prêt a totalement disparue, trouve-je. Moi j’ai toujours trouvé ça sympa de filer un bouquin que l’on a apprécié à un pote, et réciproquement, puis d’en parler ensuite…. Là avec les ebooks, je vois moins comment le faire dans le cadre légal (cela dit, c’est légal de prêter un bouquin papier à quelqu’un?). Créer un compte partagé sur lequel les liseuses seront connectées? Avoir un compteur de prêts intégré au DRM, on acheterait ainsi un livre prêtable 5 fois? Ou enfin, faire sauter le verrou, prêter le ebook et ne pas se poser de question quant à la légalité de cet acte…. C’est vrai quoi, j’ai acheté un livre, numérique ou pas, j’ai quand même le droit de le prêter à quelqu’un digne de confiance dont je sais qu’il n’en profitera pas pour l’imprimer ou le diffuser tel quel sur le réseau…non?

  22. Ou enfin, faire sauter le verrou, prêter le ebook et ne pas se poser de question quant à la légalité de cet acte….

    Ce sera à chacun d’apporter la réponse qui lui semble juste.

    J’ai pris mon parti, mais je sais aussi que la plupart des personnes à qui je “prête”des trucs ont la même vision que moi sur l’importance de soutenir le travail qu’on apprécie. Même après coup. Je n’achète jamais autant de musique (ou d’ebooks) que ceux que je peux écouter ou lire facilement (sans DRM, et même sans devoir payer pour lire). C’est à peu près impossible pour les DVD, mais là aussi mon choix est fait : tout DVD acheté par moi est rippé (ou récupéré sur le net, si trop protégé), le disque rangé dans un classeur comem preuve d’achat et c’est la copie qui sera visionnée et.. partagée.

    (Pas trop serrées les menottes, merci HADOpitre.)

  23. La suite :

    Quelqu’un peut imaginer un instant que j’hésite à copier mes livres ou mes films ou toute ma discothèque pour permettre, un exemple choisi au hasard, à ma nièce d’y goûter à sa guise ?

    Dans le tas, des milliers de fichiers, elle en trouvera une poignée qui lui plaira, et dans cette poignée quelques un qu’elle voudra conserver, relire, réécouter, revoir… Là on parlera de repasser à la caisse.

    Pour le reste, elle aura fait comme moi à son âge : profiter des albums/livres/cassettes copiée qui sont à sa portée, sans jamais rien payer (avec un argent qu’elle, comme moi à son âge, n’a de toute façon pas). Et je doute que sans ces copies gratuites de ma jeunesse, je sois jamais devenu, adulte, un fidèle client payant des “produits culturels”…

  24. Pour le reste, elle aura fait comme moi à son âge : profiter des albums/livres/cassettes copiée qui sont à sa portée, sans jamais rien payer (avec un argent qu’elle, comme moi à son âge, n’a de toute façon pas). Et je doute que sans ces copies gratuites de ma jeunesse, je sois jamais devenu, adulte, un fidèle client payant des « produits culturels »…

    Ça me sidère que les “industries culturelles” (mais pas que) ne comprennent pas ça… (et faut que je rafraîchisse ma mémoire de la syntaxe xhmtl parce que me souviens pas de la balise quote à force de tout écrire en wiki ^^”)

    Edit de David: citation corrigée. Sinon, tu peux utiliser du Markdown (les trucs de base sont supportés) 😉

  25. Bonjour,

    Tu parles de légalité concernant les DRM, mais ce n’est pas la loi qui définie les DRM, c’est les conditions contractuelles que tu t’engages à respecter (ou non) lors de l’achat. C’est une histoire entre toi et Amazon. Dans le droit anglo-saxon, c’est ce contrat qui fait foi devant le tribunal, mais dans le droit latin, c’est la loi qui prime et non le contrat.

    En france, si je ne me trompe pas, faire sauter une protection n’est pas punie par la loi. Tu as le droit de partager une œuvre dans le cadre familiale. C’est simplement que tu ne respectes pas forcément le contrat. D’un autre coté, tu n’as pas à respecter une clause abusive d’un contrat.

  26. @David: c’est vrai, je n’ai pas évoqué la juste rétribution de l’auteur, (même après coup). Je ne m’étends pas sur le sujet, je suis globalement en phase avec toi. Avoir accès facilement (quelque soit le moyen) aux musiques/livres/ce que l’on veut ne m’empêche pas de payer. C’est un contrat moral entre moi et…moi. Et les personnes avec qui je partage, mais je les connais et leur suffisamment confiance pour ne plus me poser la question.

    Reste le rapport physique à l’objet livre qui est sympa (et implique, pour un prêt, un rapport physique à l’emprunteur). C’est plus sympa que d’envoyer un mail avec un epub dedans 🙂

  27. Raphaël: en effet, il y a une distinction à faire entre le cotrat d’achat et la loi. Mais ce n’est pas passé dans la loi chez nous de ne pas pouvoir faire sauter les DRM? Quoique le droit à la copie privée doit permettre ça.

  28. love_leeloo: si on considère que l’on va s’affranchir d’une façon ou d’une autre des DRM imposés par certaines boutiques en ligne afin de ne plus être lié aux dites boutiques, ce n’est pas forcément la plus mauvaise option, de ce que j’avais pu tester (mais j’ai pas de point de comparaison).

    La Bookeen Odyssey me plairait bien (j’aime bien le côté outsider au milieu des grands noms) mais semble avoireu pas mal de soucis de fiabilité/firmware. Si des possesseurs pouvaient donner leur avis… 🙂

  29. @David Pour info, le Kindle Touch qui était annoncé pour le 27 avril est déjà en Stock et dispo !

  30. Oui, j’ai vu et été informé de l’expédition… Une semaine plus tôt que prévu. Amazon réussi encore à foirer mon planning. Les con,s quand c’est pas trop tard, c’est trop tôt… Le jour prévu, ça serait pas plus facile pour tout le monde ?

  31. @ermeline : (désolé, ton commentaire était passé en spam !) si si, je lui ai prévu une anthologie version papier (celle de Gide, qui est excellente)… en plus de la liseuse, chargée avec une très petite (mais très réfléchie) sélection de textes pour lui donner encore plus une chance de prendre goût à la lecture 🙂

    La pourrir ? Pas à coups de livres (même offerts) 😉

  32. Pingback: Une bonne traduction de Huckleberry Finn ? | davidbosman.fr