7 conseils (+ 1) pour gérer les personnes négatives

Sur Zenhabits, Celestine Chua livre 7 conseils pleins de bon sens quant à la façon de se comporter face aux personnalités parfois très négatives que nous devons côtoyer au travail (ou ailleurs), vous savez ces personnes qui vous diront que tout ce que vous faites, c’est de la merde ou que c’est voué à l’échec.

Je les recopie ici en anglais, avec ma “traduction” très personnelle 😉

  1. Don’t Engage in the Negativity
    Envoyez-les chier.
    Ne vous laissez pas entraîner dans ce genre de discussion. Il m’a fallu quelques années pour piger que ça ne servait à rien à part m’épuiser (et m’énerver), parfois énormément.
  2. Hang Out In Groups
    Ne soyez pas seul avec elles
    Les commentaires seront rarement aussi négatifs s’ils sont faits en public (ou par écrit), croyez-moi. Et puis, ça permet d’entendre d’autres avis.
  3. Objectify the Comments Made
    Relativisez.
    Généralement la personne ne vous veut pas de mal (pour un parano comme moi, ça a été dur de le comprendre), c’est juste qu’elle est incapable de comprendre que le monde ne tourne pas autour de son nombril et que son avis n’est pas une Vérité Évidente et Indiscutable.
  4. Go with Lighter Topics
    Évitez les sujets délicats.
    C’est tout bête, mais ça marche : ne parlez pas des sujets qui les agacent/les énervent/les excitent.
  5. Be Mindful of the Time You Spend With Them
    Votre temps est précieux, ne le gaspillez pas avec elles.
    Voyez “envoyez-les chier”, plus haut : laissez-les pérorer et passez à autre chose car, peu importe vos arguments, elles ne changeront pas. Ce sont des poids morts. Et si vous ne pouvez pas les envoyer valser (par exemple si c’est un de vos chefs), laissez passer l’orage sans essayer d’argumenter : ça ne sert à rien qu’à le rendre plus désagréable à supporter.
    En fait, on pourrait résumer ce conseil à : don’t feed the troll.
  6. Identify Areas You Can Make a Positive Change
    Voyez s’il est possible de changer des choses pour rendre ces personnes plus positives, plus heureuses.
    Là, je vous avoue que je n’y crois pas un instant. Une personne négative restera négative quoi que vous fassiez : parce qu’elle est généralement incapable de se remettre en question (voir point 3) et parce que démolir/se moquer de quelqu’un est bien plus facile que d’essayer de faire soi-même quelque chose.
  7. Drop Them From Your Life
    Éjectez-les de votre vie.
    Un choix radical, mais qui mérite d’être considéré.

À mon avis, il manque à cette liste le conseil peut-être le plus important :

8: Peu importe ce qu’on dit de vous (ou de votre travail), l’important c’est qui le dit.

C’est pas de moi, c’est de Wilde (et c’est cité de mémoire). Mais je n’en suis pas moins d’accords avec ça.

Dans mon travail d’auteur et d’éditeur, je suis assez peu orthodoxe, ce que je fais ne ressemble pas à grand-chose d’habituel ni dans la forme ni dans le fond. Ça ne m’attire pas que des compliments, loin de là. Mais je m’en contrefiche : les seuls avis qui comptent sont ceux de mes lecteurs car, au final, c’est eux seuls qui décident si mes idées sont viables ou pas.
Les autres avis, j’assois mon gros cul dessus.

9 comments » Write a comment

  1. Le 7 est d’une rare efficacité, le 8 du pur bon sens et le 5 est en réalité un aboutissement.

  2. je dirai simplement … ne pas essayer d’avoir raison !

    ca fait gagner du temps et c’est par la que de nombreux conflits arrivent !

    le tout est de le détecter chez nous avant que ca diverge !

    ++

  3. Je suis bien d’accord avec tout ca.

    Reste le point 5, qui peut conduire a cette limite: si l’on est pas en position dominante (ou relativement), ou si les personnes negatives/de mauvaise foi/stupides sont majoritaires, l’evitement conduit de fait a l’impossibilite de faire fonctionner correctement le groupe/la structure/l’entreprise, vouee alors a pericliter, un jour ou l’autre, en nous emportant avec….

    C’est par derivation typiquement le cas en rapport a un systeme (etatique). Si le (vrai) conflit est impossible (je ne parle pas des conflits menes par ceux qui profitent du systeme), l’evitement par les “meilleurs” (non negatifs/de mauvaise foi, etc) conduit ineluctablement a la dominance des mediocres(negatifs, etc) qui ruinent le systeme a terme…..

  4. Oui. Il y a quand même la possibilité de quitter l’entreprise. Ce n’est pas facile, c’est certain, et cela peut demander pas mal d’efforts et de temps pour y arriver, mais c’est une possibilité qui t’évitera de couler avec elle.

  5. Pingback: It’s OK to curate your life | davidbosman.fr

  6. Pingback: Thérapie (et citation) de l’année (ou du siècle) | davidbosman.fr