Suis-je content du Mac Book Air 13″ ?

Pour répondre à la question de love_leeloo et de quelques autres lecteurs : oui, j’en suis content — sinon, je ne l’aurais pas gardé 😉

Le MacBook Air, comme machine de bureau

Mais, David, où est ton Air ?

Sous l’écran externe : équipé d’un clavier et d’une souris sans fil, il se fait très discret et fonctionne très bien, même son écran fermé. Et il est parfaitement silencieux. Ça ne se voit pas, mais tout y est branché :

Le Mac Book Air comme machine de bureau, avec sa connectique
Alimentation, USB (vers le hub de l’écran Dell : 4 ports + lecteur de cartes multiformats intégré), sortie audio vers les enceintes de l’écran, Mini DisplayPort vers VGa et USB vers Ethernet.

On m’a demandé plusieurs fois de faire un comparatif avec un MacBook Pro. Ok, c’est vrai que j’ai eu des MacBook Pro (13 et 15″), donc je pourrais le faire, mais comprenez bien une chose : les tests m’emmerdent. Ils m’ont toujours emmerdé, comme vous ne pouvez pas imaginer. Surtout ceux avec des tableaux et des chiffres alignés en rang d’oignons. Si je voulais des chiffres, j’achèterais une calculatrice, pas un Mac. (Edit plus tard, pour clarifier : ça ne veut pas dire qu’ils ne servent à rien, ça veut dire que ça ne m’intéresse pas plus que ça).

Quand j’achète un ordinateur, ce n’est pas pour avoir le meilleur score sur tel ou tel outil de test — ce n’est pas une course à celui qui a la plus grosse b…arrette — mais c’est parce qu’il fait bien ce que je veux qu’il fasse.

Or, le Air fait très bien tout ce dont j’ai besoin. Bien, vous me direz que c’est totalement subjectif. Oui, et je le revendique : c’est mon choix, mon ordinateur, mes besoins.

Il me sert à écrire (TextMate, Srivener, Word 2011), pour le surf, le mail, le tchat, etc. Pour bosser dans Aperture 3 ou Photoshop CS5, ou encore pour faire du InDesign, etc. Je ne fais pas de vidéo, ou alors je le ferais dans iMovie que j’aime bien et le Air me suffirait probablement. N’ayant pas de poste de télé, je n’ai pas besoin de pouvoir y brancher mon Mac, l’absence de HDMI me pénalise donc autant que l’absence d’un casse-noix.

Que je l’utilise pour des tâches peu gourmandes ne veut pas dire qu’il est lent. Loin de là. En fait il démarre si vite que parfois je me demande s’il était vraiment éteint. Sans rire. Il est aussi très réactif, grâce au SSD : bien plus que n’importe quel Mac équipé d’un disque dur.

Que dire encore de ce Air qui n’a pas déjà été dit partout ? Je ne vois pas, mais je peux confirmer ce que d’autres ont dit avant moi : il remplace très bien mes autres machines et c’est tout simplement un des meilleurs portables que Apple ait fabriqué depuis des années.

Voici quelques points qui me semblent intéressants :

  • Le SSD, ça change tout. Tout démarre plus vite, tout s’ouvre plus vite.
    Même si pour moi ça n’a rien de neuf (j’utilise des SSD depuis quelques années), cela confirme enfin aux yeux des sceptiques ce que je répète inlassablement depuis un moment : au lieu de courir stupidement derrière les Ghz du processeur, investissez dans un SSD. Pour l’immense majorité des utilisateurs qui n’ont pas une utilisation vraiment lourde de l’ordinateur (moi, et sûrement vous aussi sauf si vous faites de la vidéo intensive ou traitez des centaines de photos chaque jour, faites des calculs mathématiques hyper complexes, etc.), la puissance du processeur n’apporte aucun confort supplémentaire. Par contre, utiliser un SSD c’est comme de passer d’un voyage Terre-Lune en bus, au même voyage en… téléportation. Vous ne le regretterez pas.
    Pas besoin d’acheter un Air pour ça : achetez un SSD (même pas les plus chers) et mettez-le dans un vieux MacBook et il sera transformé.
  • Léger : 1.3 kilo, ça fait une différence.
  • Excellente résolution : l’écran de 13″ du MacBook Air a la même résolution que l’écran de 15″ du MacBook Pro de base (1440×900, au lieu de 1280×800), sur Aperture, c’est pas mal. Surtout en déplacement.
  • L’écran n’a pas de vitre. Merci, Apple.
  • En ce qui me concerne, l’autonomie est effectivement de 7h ou plus en usage bureautique léger. Exactement ce pour quoi je l’ai acheté.
  • Je n’y connais rien en cartes graphiques, mais il semblerait que le Air dispose d’un matériel performant. En tous cas, avec l’adaptateur (payant) Mini Display Port vers DVI, il fonctionne à merveille sur mon écran de 24″ (1920×1280).

Des faiblesses par rapport à un Mac Book Pro ? A vous de décider si ces différences sont des défauts :

  • 256G de stockage max. Pour moi, avec un disque externe pour les archives, c’est assez pour mes photos récentes (2 ans) et toute ma musique (100G).
  • Pas de FireWire. Honnêtement, c’est ce qui m’a le plus fait hésiter pour en faire ma machine principale. J’ai expliqué ici combien le FW était pratique. J’ai pris le risque de ne fonctionner que via l’USB, on verra bien.
  • Processeur Core2Duo moins puissant qu’un Core iCequevousvoulez. Franchement, je me fiche de la puissance du processeur (voir “SSD”, un peu plus haut).
    Oui, Aperture met quelques secondes de plus à faire de grosses retouches, non ça ne me donne pas envie de m’arracher les cheveux (que je n’ai presque plus) : je traite une poignée de photos par semaine. Ça va. Et pour le reste : surf, bureautique, Mail, films, etc. ça ne change absolument rien.
  • Pas évolutif. c’est crucial d’y penser avant l’achat.
    J’ai parlé ici de l’importance de réfléchir à la RAM embarquée qui n’est pas upgradable.
    Et pour le SSD ? Plus tard nous pourrons surement le remplacer par un plus grand, mais attention, car ouvrir le Air est plus risqué que n’importe quel autre portable Mac (la batterie étant très fragile).
    Bref, si le Air doit être votre machine principale, acheter la plus grosse configuration possible me semble sage sur le long terme. C’est ce que j’ai fait.
  • Pas de DVD. Oui, et il n’y a pas non plus de lecteur de disquettes et de port parallèle. Les rares fois où j’en ai besoin, j’utilise un DVD externe à pas cher (inutile de payer un prix de dingue pour le modèle Apple), ou le partage de DVD intégré au Air qui lui permet d’utiliser le lecteur d’un autre Mac (ou PC sous Windows). L’avenir sera sans galettes.
  • Pas de rétro-éclairage. C’est une question de préférences personnelles. Même s’il ne me manque pas, je reconnais que c’est un choix étonnant de la part de Apple.
  • Ethernet en option en 100Mb (au lieu de 1000 sur les autres Mac.). Pour surfer, WiFi ou Ethernet, ça ne change rien. Mais pour tour le reste… comment dire ? Même en seulement 100Mb, l’Ethernet éclate le WiFi N en terme de performances et de vitesse de transfert. Mon Air est sauvegardé par Time Machine sur une Time Capsule : ce qui prendrait des jours en WiFi, se fait en quelques heures via l’Ethernet, ce qui prendrait des heures, se fait en quelques minutes.
    Achetez l’adaptateur USB/Ethernet — Apple brille par sa mesquinerie en ne le mettant pas dans la boîte (surtout qu’il était offert avec la dernière génération des Air 2009).
  • Pas de port DVI standard. Je pensais que ça allait m’agacer, mais à l’usage c’est tout le contraire : l’adaptateur mini-display Port vers DVi est bien plus simple à (dé)brancher qu’une grosse fiche DVI. Apple a bien raison tous comptes faits, mais comme pour l’Ethernet, elle aurait pu mettre l’adaptateur dans la boîte.

Ce que j’aimerais, mais qui n’arrivera jamais : un dock Apple. Hélas, c’est une vision “PC” de l’ordinateur, pire encore : une vision “PC d’entreprise” (et on n’aura pas oublié comment Apple vient d’envoyer un signal fort en vers l’entreprise en liquidant sa gamme Xserve). N’empêche, un dock c’est pratique : une seule prise à (dé)brancher pour tout (dé)connecter. Et je suis persuadé que les champions du design qui bossent chez Apple pourraient imaginer un dock qui soit beau.