Plutôt crever que bosser pour Ballmer

C’est en résumé le contenu de cet excellent billet que David Heinemeier Hansson consacre à Steve Ballmer en tant que PDG de Microsoft :

(…) at least you used to have some awe and respect for the gorilla that was Microsoft. Bill Gates might have been an evil genius, but at least he was a genius.

Now contrast this to Steve Ballmer. Who’s certainly no genius and calling him evil is to belittle evil. He has turned the gorilla into a buffoon. And frankly, it’s sad. Gone are the feelings of rage (except when they patent troll people for being web apps) and left is pity.

(…)

It matters who’s at the top. It sets the company tone. Microsoft is undoubtedly full of very smart people, but as long as they are being run by Steve Ballmer, they’re going to be shackled by his ineptitude.

I wish Microsoft had their evil genius back.

En français :

(…) au moins, vous éprouviez un peu de respect pour le gorille qu’était Microsoft. Bill Gates était peut-être un génie du mal, mais au moins il était un génie.

Comparez ça avec Steve Ballmer. Qui n’est certainement pas un génie, et le qualifier de diabolique reviendrait à déprécier le mal. Il a transformé le gorille en bouffon. Et, franchement, c’est triste.

(…)

L’homme qui est aux commandes est important. Cela donne le ton de la société. Microsoft est indubitablement bourrée de personnes douées, mais tant qu’elles seront commandées par Steve Ballmer, elles seront entravées par son inaptitude.

Je souhaite que Microsoft retrouve son génie du mal.

You couldn’t pay me to work for Ballmer, à lire et à savourer. Via Daring Fireball.

Dans le même genre :

Pourquoi Apple est-elle Apple ?