Gestion des cartes graphiques sur les MacBook Pro

Les nouveaux MacBook Pro 15″ et 17″ permettent le passage automatique d’une carte graphique intégrée (à faible consommation d’énergie) à une carte graphique dédiée (offrant de grosses performances pour les jeux, par exemple, mais aussi grosse consommation énergétique). La génération précédente de portables exigeait pour cela de fermer et relancer la session de l’utilisateur. Mais le plus important, c’est de noter que Apple a choisi de ne pas simplement utiliser Optimus, la solution développée par le fabricant de la carte graphique, mais la sienne propre.

Voici ce qu’on peut lire à ce sujet sur ars. Pour ne pas changer, c’est très instructif :

Apple’s approach in the new 15″ and 17″ MacBook Pros differs from Optimus in two key ways. The first is that the switching is all handled automatically by Mac OS X without any user intervention (…)
The second way (…) is that the integrated graphics are powered down when the discrete GPU is active. This saves even more power than Optimus does, leading to a stated battery life as long as nine hours.

Ce qui donnerait à peu près :

Le choix de Apple pour les MacBook Pro 15″ et 17″ diffère d’Optimus de deux façons essentielles. La première c’est que le changement (de carte) est entièrement géré par Mac OS X sans aucune intervention de l’utilisateur (…)
La seconde façon (…) c’est que la puce intégrée est éteinte lorsque la carte dédiée est active. C’est encore plus économique que Optimus, et cela donne une autonomie annoncée sur batterie allant jusqu’à 9 heures.

En clair, OS X décide quand passer de la petite à la grosse carte (selon ce qu’on l’on fait) et, lorsqu’il utilise l’artillerie lourde, il coupe tout simplement le jus de la petite carte. Tout cela de façon automatique (Ars signale malgré tout que l’utilisateur dispose d’une option pour désactiver le basculement).

Cela montre encore une fois que c’est non seulement dans le détail que l’on fait la différence, mais aussi dans la façon de réfléchir à un problème dans son ensemble. Savoir regarder autrement.

Pour Apple, ce n’est pas seulement d’offrir à l’utilisateur la possibilité de passer d’une carte graphique puissante à une carte basique, et vice versa, mais de le faire en ne perdant pas de vue l’ensemble du problème, à savoir : on est sur un ordinateur portable, dont un des soucis majeurs est d’en limiter la consommation énergétique. Et ça marche : vous avez vu l’autonomie de fou de ces machines ?

C’est un peu comme l’apparition du multitâche sur iPhone OS 4. Beaucoup l’attendaient depuis longtemps, mais Apple a pris son temps. Le temps du marketing certainement un peu, mais aussi le temps de réfléchir à la question, plus et mieux que n’importe qui d’autre avant ça, pour nous proposer un système multitâche qui ne transforme pas le petit iPhone en un veau inutilisable, et qui n’épuise pas sa batterie en laissant les applications faire ce qu’elles veulent.

Comments are closed.