réforme…

Super (si si). Les 35h, il faut les réformer ? De toute façon ces 35h je les atteins 2 fois par semaine, assez souvent. Alors…

Cela dit, j’ai choisi de travailler beaucoup (j’aime mon job), mais pour pas mal de monde travailler n’est pas un choix… Or, s’il s’agit de négocier la durée de son travail, il me semble évident qu’il n’y a pas, qu’il n’y a jamais eu, de dialogue “d’égal à égal” possible entre 2 interlocuteurs dont l’un paye le salaire de l’autre. Suis-je naïf?

Si la “liberté” c’est de ne pas protéger le plus faible, pourquoi s’arrêter à mi-chemin ? Il y a bien d’autres domaines que le droit du travail où des lois empêchent “l’économie” de faire ce qu’elle veut. Je ne suis pas électeur, je suis pas français, mais une telle de réforme et cette hypocrisie derrière laquelle se cache les politiciens, ça me ferait me sentir salement floué par “mes” élus.

A l’école, on nous apprenait que “République” ça signifie “la chose publique”: ce dont tout le monde doit s’occuper ensemble, dans l’intérêt commun. Or, ces réformes, autant que je puisse avoir un avis sur la question, vont toutes dans le sens opposé: abolir la notion de chose publique, d’intérêt commun. Passer d’un Etat souverain, expression de la volonté des citoyens, à un “lieu” où vivent côte à côte des individus indifférents les uns aux autres, uniquement soucieux de leur enrichissement personnel. Simple espace géographique, limité par de vieilles (et bien étroites) frontières. Sous la tutelle d’une autorité dont le seul objectif serait de faciliter l’activité économique en limitant les frictions et les nuisances, via la suppression de lois gênantes (et la promulgation d’autres), par une “formation” des personnes en fonction des besoins de l’économie, par le filtrage des étrangers, etc.

Où est l’idée de bien commun ? Ou est l’idéal républicain dans un gouvernement qui ne respecte que les poches pleines d’argent ?

1 comment » Write a comment

  1. He oui je crois que c’est ce qu’on appelle le ‘libéralisme économique’. Quoique c’est ausi ce genre de statégie qui conduise à adopter des traités par les politiques quand les électeurs ne font pas ce que l’on veut (cf. traité européen…).
    La démocratie serait-elle en péril ? On peut comprendre que le pire pour un politique c’est l’accès à la démocratie directe : réduire un politique à un éxecutant !?…