Grève et service minimum dans l’éducation nationale

Les enseignants ont fait grève hier — il paraît: je suis pas écolier, ni parent, ni enseignant. En France, une nouvelle loi, ou un projet de loi ou simplement une promesse du nouveau président de la République (ou un caprice de sa nouvelle épouse?). Bref, quelque chose d’à peu près officiel et de mûrement pensé, était testé pour la première fois : le service minimum dans l’éducation nationale. Un peu sur le même concept que pour les transports en communs. Ou non ? Voyons.

Le service minimum dans les transports en commun consiste en quoi ? À garantir un minimum de véhicules en circulation (métro, bus, train,…) en cas de grève. On a donc droit à une portion minimum du service auquel on est habitué en temps normal : des transports qui (nous) transportent. Ok.

Qu’en était-il, hier, du service minimum dans l’éducation nationale ? Des garderies, tenues par des animateurs ou des employés communaux. Ca ne vous intrigue pas ? Moi oui : un minimum de bus en cas de grève des bus. Un minimum de… garderie en cas de grève des enseignants ? Je savais pas que l’école était une consigne où déposer la marmaille pendant qu’on doit bosser…

Mangez sainement

Bon, je vous laisse: je dois poster une lettre de motivation et mon CV pour devenir trader à la Société Générale. C’est un job assez lucratif selon toute apparence.

2 comments » Write a comment