Le passé

Renouer avec le passé est étrange. Un courrier inattendu fait résonner certains bruits, on retrouve certaines odeurs, des couleurs, quelques visages. C’est presque comme si les années écoulées étaient gommées hâtivement. Pas complètement. Ce matin, en ouvrant la porte d’un bistrot en quête d’un café serré, c’est dans ce café où je buvais ma jeunesse, en joyeuse compagnie, que j’entrais. Vincent, Thierry, Pascal, Pierre et quelques autres sont déjà là. La belle journée qui s’annonce ! On la passera dans les bois, ou dans ce bar. Loin de la Fac. Une porte battante poussée un peu violemment, plus tard, me propulse dans cet auditorium où l’on s’abêtissait à 20. Les propos ternes du prof. Tout gris.

Mais j’y rentre avec 15 ans de plus. Indifférent… ou pas. Je ne sais pas. Je me vois, avec les autres. Et ça me fait sourire. Je me demande si, du haut de mes 20 ans, je me regarde et me fais rigoler aussi? Le connaissant, je ne dois pas aimer ma barbe ni mes 36 ans.

J’étais bête. Etais? Elle est bien bonne!

Comments are closed.