Je m’aime, ou le célibat joyeux

Paris, Notre-Dame, le 29 octobre 2006

Titre foireux et stupide a-priori de mec (une jolie touriste seule à Paris est forcément célibataire) mis à part, elle avait un de ces sourires et des yeux… Mais bon, faudra me croire sur parole vu que j’ai pas d’autorisation de publication : je suis trop timide pour demander.

6 comments » Write a comment

  1. Ok, je te crois: elle avait bien des yeux, cette demoiselle.

    C’est quoi cette rondelle blanche dans l’entre-jambe?

  2. Ok, je te crois: elle avait bien des yeux, cette demoiselle.

    Oui, et en plus ils étaient beaux 😉

    C’est l’extrémité de son parapluie, je pense. A quoi pensai-tu donc ? 😎

  3. … "ils ont l’avantage d’être deux" dirait Renaud.

    Étant donné que ce rond est blanc comme le rectangle qui cache les yeux de la demoiselle, j’ai imaginé "censure" et que peut-être il y avait quelque chose de compromettant derrière ce rond.

    🙂

    (Ok, il y a une ombre dans ce rond. C’est pas totallement blanc… Et voilà ma théorie qui va au diable…)

  4. Et non, pas de censure, même pas de la pudeur qui serait mal placée 😉

    Mais, le bandeau non plus n’est pas de la censure, c’est seulement le respect du “droit à l’image”.

  5. Ah oui. Il faut utiliser la bonne expression: le droit à l’image.

    Mais n’est-ce pas une auto-censure pour satisfaire la machine légale?

    Et me voilà à faire de la politique!

  6. Vu comme ça, oui c’est de l’auto-censure (même pas honte). Je n’ai pas envie de courir (éventuellement) au procès pour non-respect de son droit à l’image. En même temps, c’est surtout du bon sens : je n’aimerais voir ma tronche sur un site web, sans mon accord. Comme disait je ne sais plus quel vieux sin..age, ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent 🙂