Day One 2, je t’attends

C’est peu dire que j’attends avec impatience la sortie, annoncée pour le 4 février, de la nouvelle version de Day One. Réécrite de fond en comble, je retiens avant tout qu’elle apporte deux choses que je demande depuis longtemps : pouvoir insérer facilement (aka, sans avoir besoin de bidouiller) plusieurs photos dans une entrée et la possibilité de tenir plusieurs journaux en parallèle.

Do001

Avec près de 2500 entrées accumulées sur 4 ou 5 ans d’écriture, Day One a largement fait ses preuves en ce qui me concerne — les seuls soucis que j’ai rencontrés étant tous liés à iCloud, mais c’est Apple qui est à blâmer.

Day One ne remplace pas mon carnet de notes et le crayon, il n’a jamais été question de ça. Les deux cohabitent et vont continuer à le faire. Mais à présent que Day One va permettre de stocker plusieurs photos dans une seule entrée, je vais aussi pouvoir lui confier l’archivage (en photos, dans un nouvau journal) de mon bloc-notes papier, sans la moindre hésitation. C’est parfait.

Ce qui rend Day One aussi génial à mes yeux, c’est son excellente intégration entre OSX et iOS, asser de l’un à l’autre n’est jamais un souci. Même si l’évolution de iOS et de OSX ne m’enchante pas forcément, ils restent ce qui se fait de mieux à mon goût et, surtout, c’est sur iOS et OS X que je trouve les apps que je veux utiliser.

Pour ce qui est de l’écriture, en plus de Day One, c’est dans Ulysses que ça se passe, ainsi que dans Notes et dans quelques dictionnaires.

Et c’est aussi ce qui fait de l’iPad, et de très loin, la meilleure machine à écrire que je connaisse. Ce n’est plus un scoop — j’en ai déjà parlé et je le pressentais dès l’annonce de l’iPad — mais c’est quelque chose qui s’est confirmé depuis et qui continue de se confirmer jour après jour :

Il nous fera (ré)inventer nos usages et nos outils. Créer de nouvelles applications — nouvelles, pas « bricolées » pour tenir sur son écran — pour répondre à des besoins qui restent à découvrir. Il nous fera repenser la manière dont on les utilise — une souris, pour quoi faire alors que l’écran tout entier réagit aux caresses de l’utilisateur ? Des fichiers, des dossiers ? Dites leur adieu et accueillez chaleureusement les applications, dans lesquelles ont fera ce qu’on a à faire sans se poser de question pour savoir où enregistrer et comment sauvegarder
(…)
Ce que l’iPad nous offre, c’est l’opportunité de tout reprendre à zéro. Réfléchir, réinventer, redessiner une informatique (et une presse, et des livres, et le métier d’éditeur, aussi) qui n’aurait plus rien de technologique en fait. Une informatique aussi rudimentaire et aussi géniale et aussi efficace qu’un crayon et qu’un bout de papier. Connecté à Internet.
(moi en 2010, à l’annonce du 1er iPad)

Day One et Ulysses, sont deux de ces applications qui ont réinventé notre façon, ou du moins ma façon, d’écrire.

Réinventer, cela n’implique pas de renier ce qui existe et ce qui est fonctionnel — papier et crayon ou encore l’ordinateur et le clavier classique : l’ordinateur me sert à tout ce qui n’est pas écriture (ou lecture). Et l’iPad lui-même se révèle encore plus génial, comme machine à écrire, quand il est couplé au clavier Bluetooth Apple : un écran et un vrai clavier indépendant, rien de tel pour écrire confortablement et sans distractions, en ce qui me concerne.

En fait, et c’est peut-être ça la meilleure preuve, avec ou sans clavier externe cette machine à écrire est tellement satisfaisante que je n’ai plus vraiment éprouvé le besoin de chercher mieux — ailleurs ou plus récent.

Tout ce que je continue de surveiller du coin de l’oeil, ce sont les applications qui tournent dessus et, croyez-moi, je ne vais pas attendre la parution des tests des experts en “écriturologieipadienne” pour savoir si ça vaut la peine d’acheter cette nouvelle version de Day One, aussi bien pour OS X que pour iOS.

6 comments » Write a comment

  1. Bonjour David 🙂

    Sans paraître indiscret, je voudrais connaître à quelles fins tu utilises un service comme celui-là. Quel contenu y mets-tu? Des exemples (toujours, sans indiscrétion)? L’utilises-tu comme un “journal intime”? D’où la question : y écris-tu à la première personne? Enfin, quand y “retournes-tu” lire d’anciens post? Et pour quelle raison? N’est-ce pas un cimetière de faits passés, dans lesquels on ne retourne pas nécessairement se plonger? J’aimerais également que les futurs lecteurs de ce post n’hésite pas eux aussi à répondre à ces mêmes questions. J’ai un temps “testé” cette app, mais l’ai délaissée, faute d’idées…

    • Hello,

      C’est un journal intime et un carnet de notes.

      Je tiens un journal depuis que j’ai 15 ou 16 ans (près de 30 ans, donc), pas obligatoirement pour y parler de moi (je le fais aussi) que pour y… réfléchir… sans me prendre la tête, sur tel ou tel sujet qui m’occupe (certains depuis de nombreuses années). Et, oui, j’aime bien le feuilleter.

      Et c’est donc aussi un bloc-notes, au sens strict : un truc où je dépose en vrac les bouts de phrases, des notes, des idées, des titres de bouquins, des bouts de dialogues entendus dans la rue, etc.

      Si tu veux essayer de tenir un journal, tu peux, par exemple te fixer comme objectif de résumer ta journée, chaque soir. C’est juste une piste. Y a plein d’autres possibilités 😉

  2. Bonjour David,

    Tu sembles donc avoir remplacé Notational Velocity (ou nvAlt) par Day One, non ? Si oui, pourquoi ? Si non, à quoi te sert l’un et l’autre ?

    Autrement, le fait que Day One ne laisse plus le choix du lieu de stockage ne te pose pas de soucis ?

    Je te remercie par avance pour tes réponses. 🙂

    -SYLVAIN-

    • Tu sembles donc avoir remplacé Notational Velocity (ou nvAlt) par Day One, non ? Si oui, pourquoi ? Si non, à quoi te sert l’un et l’autre ?

      Oui et non. Les milliers de notes stockées dans NV restent dans NV, qui continue d’être le plus efficace pour les rechercher, et de loin… Ce qui manque à NV, c’est d’exister sur iOS (Simplenote et tous les autres éditeurs existants ne font pas l’affaire à mon goût). Mais il faut se souvenir que je ne suis pas pressé d’abandonner un outil : ça peut prendre des mois, voire beaucoup plus : 2016, c’est la première années depuis, quoi, 1996 ou 1997, que j’ai un ordinateur sans Word installé dessus 😉

      D’autant que tout n’est pas rose avec DO, comme tu le dis :

      Autrement, le fait que Day One ne laisse plus le choix du lieu de stockage ne te pose pas de soucis ?

      Si. Je n’ai pas encore pris de décision par rapport à ça. La solution la plus simple serait de renoncer à la syncro, ce qui ne serait pas très compliqué : grâce à mon carnet papier, je peux facilement renoncer à la version iOS et tout centraliser sur le Mac, mais je n’ai pas très envie d’y renoncer. Là encore, je ne suis pas pressé : je vais laisser sa chance à leur service… et à leur promesse d’un chiffrement à venir. S’il ne la tienne pas rapidement, il sera temps de trancher.

  3. Bonjour David, un hasard si je tombe sur ce dernier commentaire qui date d’un an jour pour jour. En fait j’utilise toujours DayOne Classic et je me demandais si le passage vers la version 2 était interessante, est-ce que c’est vraiment un plus ? est-ce que les avis négatifs et bugs que je peux lire dans les commentaires du produit sur App Store sont corrigés ? Le produit est-il stable ? Est-ce que tu peux me donner ton retour après un an. merci d’avance 🙂

    • Hello.

      Je n’écris plus vraiment sur le blog, pour le moment, à propos de logiciels. Tout ce que je peux dire, c’est que je l’utilise quotidiennement, que je n’ai aucun souci majeur et que j’apprécie les nouvelles fonctionnalités 😉